Si vous vous intéressez un peu au SEO, vous avez certainement déjà entendu parler du taux de clic appelé CTR pour Click Through Rate (taux de clic en anglais).

C’est un point important puisqu’il faut l’optimiser pour attirer un maximum de clic sur nos résultats. Le site et son contenu feront le travail nécessaire par la suite.

Attirer le clic de la personne qui recherche vos contenus est le « dernier rempart » entre votre site et la recherche. Il est important d’améliorer votre CTR.

Selon Paul Haahr, un ingénieur de Google, le moteur utilise le taux de clic comme critère de classement au sein des SERPs et cela parait logique. Rand Fishkin de chez Moz, nous le rappelle dans un tweet :

Le tweet de Rand Fishkin sur le CTR et la slide de Paul Haahr

Pourquoi le moteur ne placerait pas un résultat sur lequel on ne clique pas, dans les meilleures positions ? Nous pouvons facilement nous mettre d’accord que la page la plus visitée est probablement la plus intéressante, même s’il peut y avoir des exceptions.

Google ne l’a jamais dit officiellement et ce tweet date de 2016.[EDIT : Vincent Courson, porte parole de Google sur le SEO a annoncé le 28 mars 2018 lors du SEO Camp que le taux de rebond et le taux de clic n’avait pas d’influence sur le positionnement. À chacun son idée sur le sujet …]

En attendant le taux de clic aussi un critère que certain SEO comme Olivier Duffez de WebRankInfo vous diront être indirect.

Et en dehors du fait que le taux de clic est un critère de positionnement ou non, il reste important pour obtenir plus de visites sur votre site. Il ne serait pas utile d’avoir des résultats en premières positions et personne pour cliquer dessus.

Mais qu’est-ce qui peut rendre un résultat de recherche intéressant et faire qu’on clique dessus ?

Revenons un peu sur le processus d’achat :

Le tunnel d'achat d'un internaute

  1. La prise de conscience : L’internaute a conscience d’un problème, d’une envie, d’un besoin…
  2. Découverte : Il va chercher des solutions à son problèmes via des sites web (On est sur le domaine du web pour le coup)
  3. Évaluation : L’internaute à trouvé plusieurs sources pour régler son problème et se lancer dans la comparaison des différentes solutions
  4. Intention : Ça y est, l’internaute a LA solution
  5. Achat : L’achat se fait
  6. Fidélisation : On fidélise le client pour qu’il achète à nouveau. (Nos meilleurs clients sont ceux qui le sont déjà, plus besoin de les séduire à nouveau)

Ce tunnel nous montre simplement qu’il n’y a pas besoin d’être premier pour obtenir des clics et pour vendre. En effet l’évaluation et la comparaison se fait sur différents sites !

Un CTR élevé n’est pas réservé aux meilleurs résultats

Lorsque vous faites une recherche sur Google, c’est parce que vous souhaitez avoir la réponse à une question ou à un problème n’est-ce pas ?

C’est le plus naturellement que vous vous dirigez vers le résultat qui vous attire le plus et c’est généralement le premier résultat à près de 30% des cas :

La répartition des taux de clic dans les SERPs de Google

On peut voir qu’être premier sur un mot-clé est la position la plus intéressante et qui rapporte le plus de trafic. Ce graphique est d’ailleurs la preuve d’une corrélation entre la position et le CTR.

Plus on se rapproche de la première position, plus on obtient des clics. Il est plus préférable de se rapprocher de la première position. Jusque-là, je ne pense pas vous apprendre quelque chose.

Mais en y réfléchissant bien, un résultat qui est premier est forcément passé par des positions faibles. Il a bien fallu gravir les échelons avant d’y arriver, cela ne se fait pas du jour au lendemain. Cela ne l’a probablement pas empêché d’avoir des clics avant d’être premier.

Là où je veux en venir, c’est que quel que soit votre positionnement, vous obtenez toujours des clics. Alors évidemment, dépasser la 1 ère page n’est pas forcément une bonne idée puisque vous baissez le taux d’impression et donc la possibilité d’avoir des clics.

Il y a un adage dans le SEO qui dit : Si vous souhaitez cacher un corps, placez-le en 2ème page de Google.

Tant que votre résultat est en première page, il est tout à fait possible d’obtenir des clics ! Vous obtiendrez même des clics sur la deuxième page tant redoutée de Google.

Ce qu’il faut retenir au final, c’est que ce n’est pas qu’une question de placement mais du potentiel que vous retirez du positionnement que vous avez.

Et pour cela, voici mes meilleurs conseils pour tirer bénéfice de votre positionnement en améliorant votre taux de clic.

Connaitre le CTR moyen dans votre thématique

Connaitre le taux de clic dans sa thématique, c’est surtout comprendre comment votre thématique attire les clics.

Pour savoir si le taux de clic est bon, il faut pouvoir le comparer et définir « bon ». Si ça se trouve, le CTR dans votre thématique est très faible et vos résultats sont bons en comparaison.

Pour mieux comprendre, on va utiliser les statistiques de WordStream sur Adwords et le réseau display de Google :

les taux de clic moyen selon les thématiques par WordStream

On peut voir que ce qui est sur la thématique des rencontres est la thématique qui reçoit le plus de clic et que la technologie est celle qui en a le moins.

Il ne faut donc pas s’attendre aux mêmes augmentations du CTR dans des thématiques différentes.

Ce qu’il faut comprendre c’est que vous devez savoir vers où vous aller et connaitre votre domaine.

Les statistiques sont propres à Adwords et au réseau Display mais l’idée est d’agir proportionnellement.

Vous ne pourrez pas augmenter de 3% votre CTR si vous êtes dans la technologie. Alors que si vous avez un site de rencontre avec un CTR moyen de 3 %, vous pourrez viser les 3% supplémentaires.

Petit point supplémentaire. Connectez vous à la Google Search Console partie performance pour connaitre votre CTR moyen :

Les performances d'un site dans la Google Search Console

Optimiser ses snippets

Ce qui sépare l’internaute de votre site est simplement le résultat de recherche qui s’affiche. Le but va être de vous donner un maximum de clés pour que vous puissiez avoir les plus beaux snippets.

Ce qui va créer le clic est principalement le côté pertinent d’un résultat. On clic là où on pense qu’on aura la réponse à notre question.

Un résultat obtient plus de clics (et par conséquent un meilleur classement au sein des SERPs) si les autres personnes cliquent également dessus.

Avez-vous envie de rentrer dans un restaurant que vous ne connaissez pas quand y ne voyez personne dedans ? Le restaurant à côté a plus de monde, cela donne déjà plus envie n’est-ce pas ? Pour faire simple : le monde attire le monde.

Le comportement de l’utilisateur en SEO a une influence sur le positionnement de vos résultats dans le moteur.

Voici 3 questions à se poser pour savoir si votre résultat de recherche attire le clic :

  1. Est-ce que le contenu est informatif et apporte une plus-value ?
  2. Le contenu répond-il correctement à la problématique abordée ?
  3. Le contenu est-il suffisamment attirant visuellement et psychologiquement ? (Lisibilité, qualité de rédaction…)

Le mieux est de vous montrer. Si je cherche des exemples de pages de vente après avoir appris comment en faire une, il est normal de taper « exemples de page de vente ».

Voici les résultats :

le résultat de la requête "exemple page de vente" dans Google

Mon clic se portera plutôt sur le 3ème puisqu’il est le seul à me proposer des modèles (synonyme d’exemple). Le reste des résultats me montre comment la faire, pas des exemples.

Dans ce cas, mon intention n’est pas d’apprendre mais d’avoir des modèles et des idées.

Pour s’assurer des clics et répondre positivement aux 3 questions au-dessus, voici les points à bien optimiser pour votre snippet :

1)    Un titre optimisé qui donne envie

La balise Title est ce qui représente la partie la plus visible d’un résultat et ce qui attire le plus l’œil. En dehors du fait que votre balise Title doit être optimisée pour le SEO, elle doit être attirante pour qu’on clic dessus.

Pour cela, voici quelques points importants :

  • Identifiez le besoin avant tout: Avant de rédiger, ciblez une problématique précise et tenez-vous-y ! C’est comme cela qu’on obtient des clics.
  • Utiliser des verbes d’action: En utilisant des verbes comme booster, devenez, essayez, etc, vous aller augmenter l’engagement et mener à plus de clic.
  • Poser des questions: En posant des questions, l’internaute comprendra que vous allez tenter d’y répondre
  • Utiliser des chiffres: Notre cerveau est réceptif aux chiffres et apprécie en particulier les chiffres impairs : 7 techniques pour obtenir des backlinks de qualité.
  • Insérer des adjectifs mélioratifs : Cela permet d’améliorer la charge émotionnelle mais attention à ne pas en faire trop. Vous pouvez utiliser simple, meilleur, rapide …
  • La taille a son importance : Il ne faut pas un titre trop long dans les SERPs, n’allez pas au-dessus de 65 caractères. À l’inverse, il serait dommage de ne pas utiliser correctement tout l’espace qu’on vous propose, ne faites pas de titre en dessous 30 caractères.
  • Une « promesse » alléchante: Donnez une raison à votre lecteur de cliquer en lui donnant la réponse qu’il cherche. Mais évitez de lui mentir et de ne pas lui donner satisfaction.

Vous pouvez retrouver l’article où je vous montre comment rédiger des titres plus attirants.

2)    Une URL optimisée pour les utilisateurs

L’URL d’une page web est comme l’adresse de votre domicile. Cela permet de retrouver la personne ou le contenu que vous cherchez.

Un panneau d'indication pour symboliser les URLs

L’URL est importante pour la compréhension de l’utilisateur mais également pour Google. Cependant son impact est faible sur le référencement. Avoir une mauvaise URL ne vous empêche pas de bien vous placer mais sur du long terme, cela ne vous aidera certainement pas.

Quelle URL préférez-vous ?

  • https://monsite.fr/blog/url-optimisee-seo/
  • http://www2.monsite.fr/categorie/categorie28/art=28&cat=32+ search?client=firefox-b-d&q=URL+optimisée+SEO

Bon je pense que la première est un peu plus sympathique à regarder et même à retenir pas vrai ?

Pour avoir une bonne URL optimisée pour le référencement et les utilisateurs est de faire court et simple.

Voici mes conseils :

  • Un nom de domaine simple: Oui le nom de domaine fait partie de l’URL, plus il est simple, facile à retenir, rassurant et « joli » (ça reste subjectif) plus il sera rassurant d’être sur le site.
  • Un nom de domaine cohérant: même si les domaines se référencent quasiment tous de la même manière maintenant, certains ont plus de succès comme le .com. Cela augmente la crédibilité.
  • Sécuriser son site: Pensez à mettre en place le protocole HTTPS avec un certificat SSL. On se sent mieux sur un site dit sécurisé. Même si cela n’est pas forcément sécurisé à 100%, c’est une autre histoire.
  • Utiliser ses mots-clés et pas de mots bloquants: Insérer ses mots-clés permet à l’utilisateur de comprendre le sujet de la page mais rajouter trop de mots bloquants (les pronoms, déterminants…) n’aide pas et allonge l’URL
  • Utiliser des répertoires: les répertoires (ex : « blog/ » si vous regardez l’URL en exemple au-dessus) agissent comme des repères dans l’arborescence du site. Cela situe l’endroit où on se trouve sur le site. Idéalement pas plus de 2 répertoires.
  • La taille et le nombre de mots: pas plus de 115 caractères dans l’URL ou 60 caractères derrière le nom de domaine. Il est possible d’aller jusqu’à 2048 caractères mais cela n’a pas d’intérêt.

L’idée est vraiment de simplifier l’URL pour qu’elle soit facile à retenir mais également à comprendre.

Posez-vous cette question :

Est-ce qu’on peut comprendre le contenu de ma page si mon lecteur ne voit que l’URL ?

Si oui, c’est que l’objectif est atteint !

3)    Une méta description unique et motivante

La meta description est le contenu en noir au sein d’un snippet :

Un exemple de meta description sur les chaussures

Ce contenu permet de donner un peu plus d’informations que la simple présence d’un titre et d’une URL. Elle est ce qui permet de confirmer au lecteur que l’article sur lequel il va cliquer est le bon.

Alors avant de commencer, vous devez savoir que la Meta description n’est PAS un critère de référencement. Vous aurez beau avoir la meilleure description, cela ne changera rien ! Enfin du moins, pas directement puisque je vous ai dis que le Taux de Clic allait intervenir lui !

Allez ! Voici mes conseils pour bien optimiser votre meta description :

  • Décrire le contenu de la page: C’est le but de la meta description, comme son nom l’indique. Mais il ne faut pas mettre du contenu supplémentaire, juste décrire le contenu que vous abordez.
  • Utilisez les mots-clés cibles: Cela va permettre de les afficher en gras lorsqu’un internaute fait une recherche. De plus, cela va augmenter la concordance entre la recherche et votre résultat.
  • Utiliser des verbes d’action: Tout comme pour la balise Title, il faut utiliser des verbes d’actions pour inciter à la lecture ou bien à l’action que vous proposez dans votre contenu. Impliquez vos lecteurs !
  • Fournir une solution ou un bénéfice : Pour que votre meta description soit intéressante, il faut donner une raison de lire l’article. Qu’est ce que votre article apporte comme plus-value qui peut intéresser ?
  • Entre 130 et 156 caractères: Au-delà, votre meta description est tronquée, en dessous, vous perdez de la place pour mieux vendre votre page. Alors adaptez votre contenu.
  • Éviter de les dupliqués : Google n’aime pas le contenu dupliqué. De toutes manières, une meta description dupliqué montre un manque d’intérêt de la part de l’éditeur de site.

Maintenant qu’on a vu cela, sachez que vous pouvez également mettre en place les fils d’ariane pour obtenir ce genre d’URL dans les SERPs :

Un exemple de fil d'Ariane

Cela permet d’avoir une arborescence grâce à des chevrons plutôt que des URLs avec des répertoires séparés par des slashs. C’est un peu que vous pouvez simplement mettre en place.

Aller, vous avez déjà fait 80 % de ce qu’il fallait pour améliorer votre taux de clic ! Courage, on passe à la suite !

4)    Placer la date de publication dans ses articles

Il est possible d’ajouter la date de publication dans les résultats de recherche. Voici un exemple :

Exemple de date dans un résultat de recherche

Sur cette requête d’actualité, l’indexation est très rapide et permet d’avoir des résultats très « frais », qui viennent juste de sortir.

Mais il est également possible d’avoir des dates de parution comme ici :

Exemple de date dans les moteurs de recherche

Il est tout à fait possible d’ajouter une date de parution à un article mais également de la modifier…

Mais quels intérêts à placer ces dates ?

C’est évidemment très bon pour Google mais également pour votre internaute. Cela lui permet de savoir de quand date la parution de l’article.

Mais lorsque vous souhaitez créer du contenu intemporel, qui ne périme pas, je ne vous conseille pas d’afficher la date.

Par exemple, avec mes articles de blog, j’estime qu’ils sont tous à jour et quelque soit la date de publication, vous pouvez toujours retirer des astuces. C’est pourquoi je n’affiche pas de date.

SI votre contenu est d’actualité et que vous souhaitez trouver un article paru à une date précise, c’est génial. Voici un exemple pour sélectionner les articles qui ont moins d’un an :

Une recherche dans Google organisée par date

5)    Utiliser les rich snippets pour enjoliver les résultats

Les rich snippets ou extraits enrichis sont des améliorations que vous pouvez ajouter à vos snippets.

Voici un exemple :

Un exemple simple de rich snippet dans Google

Les numériques qui propose un test d’un smartphone. On peut voir entre l’URL en vert et la meta description une ligne supplémentaire qui donne des indications supplémentaires.

On voit ici une notation avec des étoiles, le rédacteur de la critique et le prix de vente du smartphone en question.

Vous ne trouvez pas cela attirant comparé à ce résultat :

Un exemple de snippet simple

Justement, je trouve que cela donne beaucoup plus envie.

D’ailleurs John Muller de chez Google a dit « avec le temps, je pense que les données structurées pourraient également figurer comme facteur de positionnement ».

Cela montre l’importance de ces pratiques.

Mais alors qu’est ce qu’on peut ajouter comme données enrichis ?

Voici une liste des possibilités :

  • Critique, par exemple de films
  • Personnalités, auteurs
  • Entreprises et organisations
  • Recettes
  • Produits
  • Evénements
  • Musique
  • Prix
  • Vidéos
  • Informations relatives au droit d’auteur

C’est assez limité mais si vous rentrez dans ce genre de catégories, je vous invite à les mettre en place.

On peut voir beaucoup de rich snippet pour les produits en vente dans les e-commerces avec des extensions d’avis et de prix, dans les recettes avec une image, le temps de cuisson … On peut même en voir avec les sites événementiels où ils mettent en avant des dates d’événements.

Bref les possibilités sont très intéressantes.

N’hésitez pas à mettre les rich snippet en place sur votre site, vous n’en verrez que du positif.

Un mot sur les featured snippets

Les featured snippets également appelés « résultats en positions 0 » parce qu’ils sont au-dessus de la première position attirent un maximum de trafic grâce à la grosse visibilité qu’ils offrent. En voici un exemple :

Un exemple de featured snippet sur les tiramisus

Ce genre de résultat est ce qu’il y a de plus visible une fois les résultats affichés.

On peut donc penser qu’ils attirent un maximum de clic. Selon l’étude d’Ahrefs et bien c’est faux :

étude ahrefs sur les featured snippets et le taux de clic

Contrairement à ce qu’on peut croire, les featured snippet ne volent pas tout le trafic et permettent simplement d’alléger le taux de clic du premier résultat.

Ce n’est pas pour autant que les featured snippets ne sont pas intéressants. Être en première position avec un featured snippet augmente le taux de clic qu’un résultat sans position0.

Conclusion

On arrive à la fin de cet article et qu’est ce qu’on doit retenir de tout cela ?

Voici une liste des points importants :

  1. Un titre accrocheur et optimisé SEO
  2. Une URL simple et courte pour une meilleure compréhension
  3. Une meta description qui décris la page et incite à la visite
  4. Ajouter une date si votre contenu est temporel
  5. Des rich snippets si votre article s’y prête

Et on peut également essayer de se placer sur des positions 0 pour améliorer légèrement son taux de clic, surtout quand on n’est pas en première position, c’est encore mieux !

Mais au final, le résultat qui attire le plus le clic est celui qui est le plus pertinent. Un contenu est adapté au mot-clé et à l’intention de recherche lié à ce dernier. C’est comme cela qu’on obtient du trafic.

Mais n’oubliez pas qu’attirer le clic n’est pas une fin en soi.  Il faut que votre contenu assure et réponse à la promesse que vous faites. Cela permet de montrer aux visiteurs que vous êtes sérieux et qu’ils doivent vous faire confiance et pas à un autre !

La qualité de votre contenu est primordiale dans votre article mais également dans votre snippet.

Avec le SEO, il faut être patient et attendre, alors apprenez à attendre.

Allez ! À bientôt pour le prochain article.

Share This