Quand on parle de SEO, on est prêt à tout pour arriver pour arriver à obtenir du trafic. Enfin, dans la limite du raisonnable, puisqu’on n’a pas forcément envie de dépenser beaucoup trop !

S’il faut optimiser une page, on va mettre suffisamment de fois le mot-clé pour s’assurer que Google comprenne bien de quoi parle la page que vous abordez.

Vous êtes-vous déjà demandé si abuser des bonnes choses n’allait pas avoir un effet négatif sur vos résultats ?

Dans la vie, rien n’est bon à outrance, c’est pareil pour le SEO. La suroptimisation est le résultat d’abus en référencement et Google vient à le sanctionner !

Il m’arrive encore de voir des erreurs de référencement qu’on ne devrait plus voir à notre époque.

Dans cet article, je veux vous aider à ne pas pousser le bouchon un peu trop loin et avoir un site optimisé correctement. Plus d’excuses après la lecture de cet article.

Allez, c’est parti !

Ce qu’il faut savoir sur la suroptimisation en SEO

Dans cette partie, on prend une sorte de chronologie de la suroptimisation :

Avant, la suroptimisation fonctionnait

Auparavant, la suroptimisation était de rigueur puisque Google aimait cela et venait à mettre en avant ces sites sans valeur. Donc, on trouvait facilement des titres de page comme celui-ci :

« Découvrez Londres pas cher aller-retour avec vos amis »

Inutile de vous dire qu’on pourrait adapter un peu plus le titre de cette page. Là, je ne parle même pas du contenu de la page et de sa lisibilité…

C’est une des suroptimisations possibles, il y en a bien d’autres dont on peut parler. D’ailleurs, on en parlera un peu plus bas.

Cette période était il y a environ une dizaine d’année, depuis, Google a un peu évolué.

Maintenant, ça ne fonctionne plus

Et bien oui, désormais, Google ne fonctionne plus de la même manière. La suroptimisation ne fonctionne plus du tout, On est sur la qualité avant tout !

En août 20111, Google a lancé sa contre-attaque et a sanctionné les sites qui jouait encore au jeu de la suroptimisation. Beaucoup de site ont perdu un trafic immense et cela a impacté beaucoup d’entreprises. Ce qui représentait 6 à 9% des requêtes selon le moteur de recherche.

Un site comme webmarchand, un site ecommerce qui était très connu à l’époque avait perdu 57,3% de sa visibilité. Ça fait mal ! Alors que amazon.fr a bénéficié de cette mise à jour en prenant environ 32% de visibilité en plus selon le Journaldunet.

Tout cela pour vous montrer l’impact de la mise à jour sur le contenu de mauvaise qualité. Parce qu’à trop vouloir en faire, on fait quelque chose de mauvais.

Souvenez-vous de ça.

La suroptimisation, c’est plus ce que c’était

Actuellement, beaucoup de SEO se disent qu’ils ne font pas de suroptimisation sur leur site ou ceux de leurs clients.

Quand on parle de suroptimisation, on pense surtout au bourrage de mots-clés ou bien aux mots-clés exacts placés dans le texte. Mais aujourd’hui, ce n’est plus que ça. En dix ans, le moteur a beaucoup évolué puisqu’on compte plusieurs centaines de mises à jour par an.

Google devient de plus en plus intelligent, les résultats de recherches sont de plus en plus pertinents, ceux qui qui font des recherches sont de plus en plus précis et les consultant SEO sont de plus en plus malins. Constamment, les règles changent.

Il y a d’autres points à prendre en compte, les voici :

Les 9 signes qui montrent que votre site est suroptimisé

Maintenant que vous comprenez un peu mieux la suroptimisation, on va voir ensemble quelques exemples à ne pas faire :

Le bourrage de mot-clé

La forme la plus connue de suroptimisation est bien le bourrage de mot-clé aussi connu sous le nom de Keyword Stuffing. Elle représente la suroptimisation à toutes les périodes du SEO.

Si vous avez un texte qui contient plus de 3 fois le mot-clé tous les 100 mots, cela devient très vite lourd à lire. Même le visiteur qui ne comprend pas le SEO peut se poser des questions sur la qualité du contenu.

Cette suroptimisation est réellement à éviter puisqu’elle gâche la lisibilité du texte

Idéalement, on va essayer de cibler entre 1 et 2% de densité de mot-clé, cela permet d’avoir un texte plus lisible et sans abus.

Des ancres de liens internes trop « riches »

Faire du maillage interne est une bonne optimisation, cela permet de faire circuler la puissance des pages entre elles. Mais le problème est quand vous faites des liens qui ont un mot-clé exact comme ancre de lien.

Imaginez que vous ayez une page dont le titre serait « Jean bleu délavé sans fermeture éclair » (une page de produit dans cet exemple) dont l’URL est https://exemple.fr/jean-bleu-delave-sans-fermeture/

Au sein de plusieurs articles vous placez :

  • Découvrez notre fabuleux Jean bleu délavé sans fermeture éclair en promotion
  • Donnez votre avis sur notre produit phare : le Jean bleu délavé sans fermeture éclair

Quand le mot-clé est votre balise Title, le chemin de votre URL, votre titre H1 ainsi que vos ancres de liens, cela fait beaucoup pour Google ! Ce n’est pas une bonne chose, c’est une suroptimisation.

Alors certains doivent se dire qu’ils ont déjà réussi à placer des sites dans des bonnes positions sur Google avec ça. Oui c’est tout à fait possible, le problème est quand vous abusez trop de ces ancres.

En SEO, vous avez ce qu’on appelle un profil de lien. Google regarde la qualité des liens internes, sortants et entrants.

Si vous utilisez trop cette suroptimisation, vous allez détériorer ce profil. Ce serait dommage puisque c’est un des facteurs les plus importants en termes de SEO.

Pour faire des ancres de liens optimisées et avoir un profil d’ancre variées, n’hésitez pas à :

  • Utiliser des variations du mot-clé
  • Rajouter des mots avant et / ou après le mot-clé
  • Placer le mot-clé au sein d’une phrase comme ancre
  • Faire des liens avec des ancres génériques (ex : cliquez-ici)

Bref, l’idée est juste de varier vos ancres.

Cela permet d’avoir un joli profil de lien.

Des mots-clés qui ne sont pas pertinents

N’essayez pas de vous positionner sur des mots-clés qui n’ont rien à voir avec le sujet de votre article ou du site.

Auparavant, il était commun de voir des éditeurs de site mettre des mots-clés sans rapport avec l’article pour attirer du trafic supplémentaire.

Il est évident que si vous parlez de spatules en bois pour la cuisine dans votre article et que vous essayez de mettre des mots-clés sur des chauffages, cela n’aura pas d’intérêt.

Allez, au mieux vous attirer des gens qui cherchent la thématique du chauffage et qui tombe sur un site d’ustensiles de cuisine, que va-t-il se passer ? le visiteur ne sera pas intéressé.

Désormais Google sait tirer un sujet principal d’un article (dans le cas où celui-ci est clair), il n’est plus utile de chercher à se positionner dans différents sujets. Le moteur va le comprendre et ne vous placera nulle part.

En SEO, il y a une règle simple : Un mot-clé cible par article. Cela vous évitera plein de problème et vous permettra d’obtenir plus de trafic.

Il y a une citation de La Fontaine qui explique bien cela : Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Comprenez qu’il vaut mieux profiter d’un bien acquis mais modeste à un bien plus grand qui n’est pas acquis.

Vos liens internes et externes pointent vers des pages d’accueil

Juste au-dessus, je parlais du profil de lien, je vais en reparler dans cet exemple. Chaque page a un nombre de lien qui pointe vers elle, pour le moment, rien de nouveau.

Mais idéalement un site web avec un bon profil de lien doit recevoir plus de liens sur ses pages profondes que ses pages de haut niveau, surtout la page d’accueil.

Lorsqu’on vous recommande un magasin où aller acheter un produit, est-ce qu’on vous a déjà dit que la devanture de la boutique était la raison pour laquelle il fallait acheter le produit ?

C’est plutôt rare n’est-ce pas ?

Cela devrait être la même chose pour votre site : on devrait parler de vos produits plus que de votre devanture.

Alors voici les liens interne de mon site, selon la Google Search Console :

Les liens internes dans GSC

Évidemment, la page d’accueil est celle qui récolte le plus de lien mais il n’y a aucune majorité de lien vers cette dernière.

Il faut simplement veiller à ce que l’écart entre les autres pages ne soit pas trop grand, comme pour le site de ce client par exemple :

La suroptimisation des liens internes dans la Google search console

On peut voir un écart beaucoup trop grand entre la page d’accueil (en première ligne) et les autres pages.

Bref, équilibrez le nombre de lien vers vos pages.

L’utilisation de plusieurs H1 sur une page

Une des erreurs les plus courantes chez ceux qui débutent est bien le fait de mettre plusieurs H1 sur une page. Oui, ils sont plus gros donc plus visible. Forcément ils en mettent un peu plus.

Mais on ne peut pas leur en vouloir, on est tous passé par là dans notre premier site.

Il arrive certaines fois qu’il y ait plusieurs H1 indépendamment de notre volonté.

En référencement, il faut une seule balise H1 par page, c’est une règle d’or. Il ne sert à rien d’en placer plusieurs, cela aurait l’effet inverse de celui souhaité.

Pour analyser votre page, je vous invite à utiliser le plugin de navigateur Webdeveloper disponible sur Chrome et Firefox.

Lorsque vous êtes sur la page à analyser, il suffit de se rendre ici :

L'outil Webdeveloper

Et voici le rendu :

La structure d'une page optimisée SEo

Cela vous permet de voir les structures de pages. C’est plutôt efficace !

Des liens vers des sites toxiques

Avec Google, on peut faire beaucoup d’analogie avec la vie de tous les jours et en voici une : lorsque vous recommandez quelqu’un, on s’attend à ce qu’il fasse un travail à la hauteur de ce que vous proposez, avec votre site c’est pareil. Lorsque vous faîtes un lien vers un site externe, on s’attend à ce qu’il soit de valeur.

Les liens qui sortent de votre site sont important tout autant que le maillages interne et les backlinks qui pointent vers vous. Quel intérêt avez-vous à faire un lien vers un site de mauvaise qualité ? Probablement aucun.

Faites attention aux liens sortants, ils peuvent être mauvais pour votre référencement. Plus vous Allez faire de liens vers des sites à faible Qualité, plus vous serez vu comme un site de faible qualité.

Et au contraire, ils peuvent être bénéfiques s’ils sont vers des sites de qualité, donc autant vers des liens vers de site de grande qualité pour être vu comme tel.

Dans le cas où vous devez faire un lien vers un site de mauvaise qualité, (ex : si vous devez prendre un site en exemple), prenez le réflex de placer votre lien en nofollow. De cette façon, Google ne viendra pas à suivre le lien et n’en tiendra pas compte dans votre profil.

Footer remplis de mots-clés et de liens

Le footer est un lieu de suroptimisation en puissance. Il y a des abominations qu’on voit régulièrement en termes de SEO.

Les deux principales suroptimisations dans un footer sont :

  • Les listes de mots-clés placées dedans
  • Le grand nombre de lien qu’on trouve dedans

Et le pire, c’est que ce ne sont pas forcément les cordonniers les mieux chaussés. Voici par exemple une agence web proche de chez moi (Je ne donnerai aucun nom, je ne suis pas là pour dénoncer) qui cumule les suroptimisations :

Un exemple de footer suroptimisé

Encadrés en vert, ce sont les liens dans le footer et encadrés en rouge, c’est une jolie liste de mots-clés. Pour couronner le tout, les mots-clés redirigent vers des tags / catégories du site, donc ces mots-clés sont également des liens.

Si vous suivez mes articles, ce n’est pas la première fois que j’explique qu’un footer bourré de lien n’est pas une bonne chose pour la transmission du jus de lien. De plus, ces liens sont présents sur TOUTES les pages du site.

Et vouloir placer tous ses mots-clés dans le footer n’a aucun intérêt. Pourquoi vouloir positionner chaque page sur tous les mêmes mots-clés ? Au meilleur des cas, on a de la cannibalisation de mot-clé.

Google montre qu’il ne porte pas beaucoup d’intérêt aux pieds de page, qu’il ne crawl pas beaucoup les footer puisqu’ils sont tout en bas de la page, le taux de clic est très faible dans ce dernier et au final, ils n’apportent pas de valeur pour votre référencement.

La meilleure optimisation à faire est de ne pas en faire. Pour ma part, celui de mon site est fait au plus simple :

Le footer du site louismaitreau

1 logo, 3 liens, 3 mots et une date. Je fais vraiment au plus court.

N’hésitez pas à placer votre adresse, votre adresse email et votre numéro de téléphone. Ces informations là peuvent avoir un intérêt.

Lorsque vous réalisez votre pied de page, garder l’expérience utilisateur en tête et dites vous qu’il faut faire au plus simple.

Le footer n’est pas :

  • Un sitemap
  • Un lieu où placer des graphiques ou de belles images
  • Une poubelle où vous placez ce que vous n’arrivez pas à placer ailleurs

Par contre le footer est censé être une belle fin de page, sobre, sans trop d’information.

Pensez-y la prochaine fois que vous réalisez un site.

Des URLs avec des EMD

Lorsque vous souhaitez créer un site web, vous cherchez le nom de domaine parfait ! C’est normal, on veut faire bien les choses pour avoir de bons résultats.

Mais attention à ce qu’on appelle les EMD : Exact Match Domain ou domaine avec une correspondance exacte à vôtre mot-clé cible.

Les sites comme « mutuellepascher.com » ne se positionnent pas bien du tout dans Google. D’ailleurs, Google a lancé une mise à jour sur ces noms de domaine en 2012… ça date déjà d’il y a un moment. Cette mise à jour vise à empêcher les EMD de bien se positionner malgré un contenu de faible qualité.

Testez sur Google, tapez un mot-clé générique. Vous verrez rarement un site avec un EMD bien positionné.

Ce genre de domaine ne vous aidera pas à atteindre le saint graal des premières positions (même si ce n’est pas impossible) sur Google. Il peut même vous pénaliser.

L’utilisation de mot-clés « exacts »

Une suroptimisation des plus classiques mais datant un peu sur Google (quoi que pas tant que ça, j’ai vu ces suroptimisations récemment), sont le placement des mots-clés exactes dans votre contenu textuel.

Allez ! Je prends un exemple :

« Achetez des billets vol londres pas cher dès maintenant. Parce qu’avec vos billet vol londres pas cher, cous aurez la meilleure qualité … Bla bla bla… »

C’est moche et ça ne donne vraiment pas envie. On écrit pour des robots comme Google ou bien pour des humains ?

Pour des humains avant tout ! Surtout que maintenant ces robots sont quasiment aussi intelligents que des humains.

Les robots comprennent un sujet et savent le déduire. C’est-à-dire que si vous ciblez « Billet vol Londres pas cher » et que vous placez « Des billets d’avions pour un vol vers Londres à un prix vraiment pas cher », Google le comprendra et saura vous positionner sur votre requête.

Soyez juste naturel et le reste suivra.

Les outils pour tester votre suroptimisation en SEO

Voici quelques outils pour vous aider dans votre quête de la chasse à la suroptimisation :

Yoast SEO ou les plugins du même type

Yoast SEO est un outil très connu dans WordPress, c’est probablement l’extension la plus connu et la plus télécharger avec le CMS.

Ce dernier analyse le contenu textuel de vos pages et articles avant la publication et vous indique les recommandations à mettre en place :

Les rezcommandations SEO dans Yoast

C’est pratique et cela empêche la sous optimisation ainsi que la suroptimisation SEO.

Il existe d’autres plugins qui font ce travail également pour le même CMS et pour d’autres CMS également.

Alyze

Alyze est un outil gratuit qui vous permet d’analyser les balises et le contenu de votre texte :

L'outil Alyze pour éviter la suroptimisation SEO

Il vous donne ce dont vous avez besoin si vous ne trouvez pas de plugin comme Yoast pour votre CMS ou bien dans le cas où vous n’utilisez simplement pas de CMS.

Conclusion

Quand on travaille sur un nouvel article, une nouvelle page de service ou même une fiche produit d’un e-commerce, on veut qu’elle soit efficace et qu’elle soit vue dans les moteurs de recherche.

C’est normal, personne n’aime travailler pour rien. Mais lorsqu’on veut en faire trop, on fini par ne rien avoir.

Le SEO est un art qu’il faut comprendre avant d’en connaitre les rouages. Quand on sait ce que Google attend d’une page, en dehors des attentes techniques, on peut arriver à des très bons résultats.

En référencement, les maitres mots mots sont Qualité et Naturel. Si vous arrivez à lier ces deux-là, vous arriverez à faire plaisir à Google.

Focalisez-vous sur le lecteur et non pas sur Google, c’est souvent la source de vos suroptimisations en SEO.

J’espère que cet article vous plaira et à bientôt pour le suivant.

Share This