Faire un sitemap XML qui booste votre SEO en 1 min

Le sitemap XML peut paraitre étrange et très technique à première vue. On se dit « ce n’est pas pour moi » et qu’il vaut mieux changer de page.

En effet, il est considéré comme quelque chose de technique et peut ne pas être à la portée de tout le monde sans les bons outils.

Dans cet article je vais vous montrer le plus simplement possible comment mettre en place un sitemap XML qui va booster votre indexation et, par conséquent, votre référencement.

C’est simple, gratuit et les résultats seront au rendez-vous si vous n’en avez pas déjà un.

Suivez-moi jusqu’au bout, ça ne sera pas long.

Qu’est-ce qu’un sitemap XML

Avant de commencer toute chose, il faut que je vous explique ce qu’est un sitemap XML. Il est quand même plus intéressant de savoir ce qu’on fait. N’est-ce pas ?

Pour faire simple, c’est simplement un document qui liste vos URLs. En anglais, sitemap XML veut dire « carte du site ». Il montre simplement comment est fait votre site internet.

Le terme XML lui veut dire « Extensible Markup Language » en français : Langage de balisage extensible. C’est une façon de montrer les informations d’un site web.  Pas besoin de s’effrayer maintenant qu’on sait ce que c’est. C’est une simple liste. Mais à quel point est-ce  utile ?

Quel est l’intérêt du sitemap XML

Google et les autres moteurs de recherches ont des petits robots qu’on appelle des spiders. Ils analysent et parcourent le web, site après site.

C’est simple, en arrivant sur le site, les spiders regardent s’il y a un sitemap qui va l’aider ou non. S’il trouve ce sitemap, il va le suivre et regarder les pages qui s’y trouvent, sinon il se débrouille selon les liens qu’il trouve.

Quand on sait qu’il y a 1 milliards de sites web selon Science&Vie, on imagine difficilement le nombre de pages web à analyser !

On peut comparer un sitemap à un plan d’architecte. Votre site web est un bâtiment et vos pages sont des pièces. Cela permet de mieux se retrouver et de savoir facilement quelle pièce se situe à quel étage et où précisément.

Mais un bon sitemap XML fait encore plus que décrire quelle page est présente sur votre site web. Il va aussi donner des informations supplémentaires comme :

  • La localisation de la page avec la balise loc : <loc>http://www.exemple.com/mapage</loc>
  • La dernière date de mise à jour avec la balise lastmod : <lastmod>2017-10-10</lastmod>
  • La fréquence de mise à jour de la page avec la balise changefreq  : <changefreq>monthly</changefreq>
  • L’ordre de priorité de la page par rapport aux autres avec la balise priority : <priority>1</priority> (compris entre 1 et 0)

Voici comment déclarer un fichier sitemap avec un exemple d’URL :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<urlset xmlns="http://www.sitemaps.org/schemas/sitemap/0.9">
  <url>
    <loc>https://wwwdomaine.com/</loc>
    <lastmod>2020-12-25</lastmod>
    <changefreq>monthly</changefreq>
    <priority>0.8</priority>
  </url>
</urlset>

Ces informations ont une place capitale dans la création de contenu et les relations avec Google. En effet, cela permet de mieux aider Google à indexer votre contenu et de lui faire gagner du temps sur les analyses qu’il va faire de votre site internet. Plus vous faites perdre de temps à Google, moins il viendra voir votre site. C’est pourquoi il ne faut pas abuser sur la fréquence et la priorité que vous donnez à vos pages.

Mettre en place un sitemap XML, c’est comme dire à Google « hey, regarde mon site, voici chacune de mes pages que je veux voir dans ton index et voici les indications de passage des robots sur mes pages ». C’est aussi simple que cela.

Vous n’êtes toujours pas convaincu que ce fichier ait un intérêt pour votre référencement ? Ok voici une liste des bénéfices qu’il engendre.

  • Il indique à Google qu’il faut impérativement crawler (visiter avec les robots) et indexer votre site
  • Il dit à Google quoi crawler sur votre site web et quel genre d’informations se trouvent sur votre site
  • Il montre à Google la fréquence de mise à jour (ce qui l’aide à passer voir votre site plus régulièrement et donc à indexer vos pages plus rapidement)
  • Il fournit à Google la dernière date de mise à jour de votre contenu
  • Il donne une note d’importance à chacune de vos pages
  • Il vous aide à pallier à un maillage interne encore faible (dû à un manque de page par exemple)
  • Il vous apporte une aide en cas de manque de backlink
  • Il aide les sites volumineux à être mieux organisés
  • Il aide Google à être plus efficace sur le crawl
  • Il aide à indexer plus simplement les pages profondes

Voilà une simple liste qui devrait vous motiver à faire un sitemap XML.

Si c’est bien le cas, c’est parfait, on passe à la création de ce fichier.

Mais avant, il faut bien comprendre les 3 étapes de la création :

  1. On rédige le fichier sitemap XML
  2. On l’ajoute sur son site web
  3. On le soumet à Google

En somme, Google vous est reconnaissant si vous pouvez lui prémâcher un peu le travail en lui fournissant ce fameux sitemap XML. Vous aurez plus de probabilité d’augmenter la vitesse à laquelle vous aller positionner vos pages dans les moteurs de recherche.

Le fichier sitemap Image

Pour améliorer l’indexation de vos images et les voir plus facilement dans Google Image, vous pouvez créer un fichier sitemap adapté à rentrer dans votre sitemap index.

Avec un sitemap image vous allez pouvoir :

  • Choisir les images à indexer (ou non).
  • Proposer des informations supplémentaires sur vos images (on voit ça juste après)

Voici les différentes balises à renseigner pour chaque image :

  • <image:image> Renseigne les informations de l’image
  • <image:loc> indique l’URL de l’image
  • <image:title> Donne le titre de l’image
  • <image:capitation> Indique la description de l’image
  • <image:licence> URL qui indique la licence de l’image
  • <image:geo_location> Fait référencement à la localisation de l’image

On retrouve souvent cet exemple :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<urlset xmlns="http://www.sitemaps.org/schemas/sitemap/0.9"
        xmlns:image="http://www.google.com/schemas/sitemap-image/1.1">
  <url>
    <loc>http://example.com/sample.html</loc>
    <image:image>
      <image:loc>http://example.com/image.jpg</image:loc>
    </image:image>
    <image:image>
      <image:loc>http://example.com/photo.jpg</image:loc>
    </image:image>
  </url> 
</urlset> 

Seulement les deux premières balises sont obligatoires pour chaque déclaration d’image.

Le fichier sitemap vidéo

Si vous publiez vos vidéos directement sur votre site internet sans passer par un hébergeur comme YouTube, Viméo, Dailymotion… Vous avez probablement besoin d’indexer vos vidéos pour qu’on puisse les trouver ailleurs que sur votre site.

Pour cela, un sitemap vidéo est nécessaire. Comme avec celui pour les images, vous allez pouvoir organiser les vidéos que vous souhaitez indexer ou non ainsi que proposer des informations supplémentaires.

Voici les différentes balises à ajouter :

  • <video:title> pour donner le titre de la vidéo
  • <video:description> pour donner la description de la vidéo
  • <video:player_loc> pour donner l’URL de la page où se trouve la vidéo
  • <video:tumbnail_loc> pour donner l’url de la vignette / miniature qui illustre la vidéo

Pour déclarer une vidéo, voici un exemple de code repris selon les consignes de Google :

<urlset xmlns="http://www.sitemaps.org/schemas/sitemap/0.9"
        xmlns:video="http://www.google.com/schemas/sitemap-video/1.1">
   <url>
     <loc>http://www.example.com/videos/page_de_destination.html</loc>
     <video:video>
       <video:thumbnail_loc>http://www.example.com/thumbs/123.jpg</video:thumbnail_loc>
       <video:title>Cuisiner un steak au barbecue</video:title>
       <video:description>Jean vous montre comment obtenir des steaks tendres
         et juteux à tous les coups</video:description>
       <video:content_loc>
           http://streamserver.example.com/video123.mp4</video:content_loc>
       <video:player_loc>
         http://www.example.com/videoplayer.php?video=123</video:player_loc>
       <video:duration>600</video:duration>
       <video:expiration_date>2021-11-05T19:20:30+08:00</video:expiration_date>
       <video:rating>4.2</video:rating>
       <video:view_count>12345</video:view_count>
       <video:publication_date>2007-11-05T19:20:30+08:00</video:publication_date>
       <video:family_friendly>yes</video:family_friendly>
       <video:restriction relationship="allow">IE GB US CA</video:restriction>
       <video:price currency="EUR">1,99</video:price>
       <video:requires_subscription>yes</video:requires_subscription>
       <video:uploader
          info="http://www.example.com/users/lesroisdelagrillade">Les rois de la grillade
       </video:uploader>
       <video:live>no</video:live>
     </video:video>
   </url>
</urlset>

Ces balises sont toutes à renseigner pour chaque vidéo.

Mais très peu de sites hébergent leur vidéo sur leur hébergement. La plupart du temps, elles sont placés sur YouTube ou bien Viméo pour simplifier les choses.

Les sitemaps index pour mieux se repérer dans vos contenus

Il est possible de faire un fichier sitemap.xml index qui va contenir vos différents fichiers sitemaps. Chaque fichier sitemap peut contenir des catégories de contenu. Voici un exemple :

  • Articles
  • Pages
  • Catégories
  • Vidéos
  • Images

Cela vous permet de mieux organiser vos contenus entre les pages de services et les articles de blog. Cela permet également de plus facilement les mettre à jour à chaque fois que vous rajoutez du contenu.

Si vous créez un nouvel article, il suffit d’actualiser ce dernier.

Créer son sitemap avec WordPress

Cette partie de l’article est réservée à ceux qui sont sur le CMS WordPress. La façon de faire va être extrêmement simple.

D’ailleurs, il est aussi possible de faire de cette manière pour les autres CMS, cela vous évite d’avoir à actualiser vos sitemaps à chaque nouvel article.

On commence par télécharger un plugin qui s’occupe de votre SEO. Ici, on utilise Yoast le plus connu de WordPress.Mais je vous conseille d’utiliser un plugin comme RankMath ou SEOPress qui sont des alternatives bien plus efficaces à mon goût.

On doit aussi avoir soumis son site à Google Search Console, avoir créé un compte et lié son site. C’est très simple à faire.

On y va !

  1. Il faut se connecter à votre site via monsite.fr/wp-admin (si vous n’avez pas installé un plugin qui change cette url de connexion)
  2. On clique sur SEO–>Tableau de bord–>Fonctionnalités–>Pages de réglages avancés–>activé-

Mettre en place les reglages avancés de Yoast

  1. Ensuite, allez tout en bas de la page « enregistrer les modifications »
  2. Maintenant qu’on a plus de fonctionnalités, on clique sur « SItemaps XML »Aller sur le panneau de configuration des sitemaps XML
  3. Une fois dans les réglages, on active le sitemap XMLActiver la fonction sitemap de yoast
  4. Ensuite on va dans sitemap utilisateur pour désactiver le sitemap auteur.Desactiver le sitemap pour les auteurs

7. je vous invite ensuite à regarder ce que vous souhaitez ou non indexer dans les onglets à côté.

Et voilà, vous avez activé vos sitemap sur Yoast ! Ce qui est très pratique c’est qu’il se met automatiquement à jour, vous n’avez pas à le ré-uploader à chaque création de page.

Vous pouvez accéder à votre sitemap XML dans « généraux » et le lien XML Sitemap :Acceder à son sitemap via Yoast

SI vous avez un site sous WordPress et que vous avez suivi les indications, je vous invite à vous rendre directement dans « Soumettre votre sitemap XML à Google » pour gagner du temps. Si vous souhaitez continuer la lecture, ça me va aussi.

Créer un sitemap XML avec xml-sitemaps

Pour ceux qui ne sont pas sur WordPress, vous allez devoir faire un Sitemap à la main. Pas de panique, c’est EXTRÊMEMENT RAPIDE à faire, ne vous en faîtes pas.

Je vous donne rendez-vous sur l’outil xml-sitemaps.com pour créer votre fichier site map.

Vous arrivez donc ici :Le site xml-sitemaps pour generer des sitemap en moins d'une minute

C’est parfait. Il va vous suffire de descendre un peu sur la page. Vous arrivez sur cet encart :

Partie où on ajoute son URL pour la création du sitemap dans le site xml-sitemaps.com

L’information d’insertion de l’URL de votre page d’accueil, la fréquence de modification de vos pages et le reste est déjà paramétré normalement.

Vous cliquez ensuite sur le bouton « start ». Il vous suffira d’attendre et de télécharger votre fichier au format .xml

Vous avez maintenant généré votre fichier. Il ne vous reste plus qu’à l’uploader par FTP sur votre hébergement grâce au logiciel filezilla client.

Attention, ces outils-là ne donnent pas l’importance de vos pages. Si vous souhaitez un fichier parfait, je vous invite à essayer le logiciel Screaming Frog qui va analyser votre site web et sortir un sitemap automatiquement. J’utilise l’outil très régulièrement pour mes actions SEO.

Soumettre votre fichier sitemap XML à Google

On arrive à la dernière étape du processus où il faut déclarer à Google votre sitemap.xml. Pour cela, je vous invite à vous rendre sur Google Search Console quelle que soit la façon dont votre sitemap est fait.

Si ce n’est pas fait, liez votre site à la search console par une étape de validation très rapide.

Une fois que vous êtes connecté et que votre site est lié à la Google search console Je vous donne rendez-vous sur le bandeau latéral de gauche dans Index–> Sitemaps :

La sidebare dans la search console pour ajouter vos sitemaps

Une fois que vous y êtes, rentrez votre sitemap et cliquez sur « envoyer » :

Ajout d'un sitemap.xml dans la search console

Et voilà, votre sitemap est bien déclaré à Google !

Conclusion

On voit beaucoup de petits sites qui n’ont pas ce genre de fichier, ce qui est bien dommage vu l’apport qu’il procure.

Maintenant qu’on a vu comment faire un fichier sitemap très rapidement, il ne vous reste plus qu’à patienter et à voir vos URLs être indexés de plus en plus vite. Par contre ce fichier ne vous assure pas les premières places, bien entendu.

Pour contrôler votre indexation dans les moteurs, vous pouvez utiliser Google search console comme on l’a vu mais aussi la commande site :www.monsite.fr qui vous montrera l’ensemble des pages du site internet qui sont indexées. Ne soyez pas surpris s’il y a un décalage entre les résultats de Google search console et ce que vous verrez dans le moteur, c’est normal.

N’hésitez pas à lire l’article sur les robots.txt.Ceux-ci sont complémentaires aux fichiers sitemap XML puisque leur rôle est d’indiquer aux moteurs de recherche les pages que vous ne souhaitez pas indexer.