Dans cet article, on va voir l’ensemble des points essentiels au SEO On Page pour qu’une page soit bien optimisé selon les critères qui fonctionnent !

Pour avoir un site qui soit bien référencer, il faut travailler 3 aspects :

  • Le On page : c’est tout ce qui est dans une page. On va essentiellement optimiser le contenu.
  • Le On site : c’est la relation entre l’ensemble des pages de votre site (navigation, maillage interne, etc…).
  • Le Off Site : Correspond à l’ensemble des optimisations qui ne sont pas sur votre site. On parle de tout ce qui touche aux réseaux sociaux et aux backlinks.

Pour obtenir de bons résultats dans les moteurs de recherche, on travaille l’optimisation de la page dans un premier temps.

Pour cela, on vient beaucoup à s’adapter aux dernières mises à jour de l’algorithme de Google.

Ces dernières ont pour but de s’assurer de la bonne qualité des sites. On peut citer beaucoup de mises à jour comme Panda, Penguin, Hummingbird… Bref, elles ont toutes pour but d’augmenter la pertinence des résultats, c’est ce que Google attend de votre site !

Google veut simplement fournir les résultats les plus intéressants aux visiteurs. Si Google a plus de 90 % des parts de marché en France, ce n’est pas pour rien. C’est cette pertinence qui leur fait gagner de l’argent.

Vous n’avez pas envie de lire 4000 mots ? Vous souhaitez directement arriver à l’essentiel et voir la checklist qui résume tout ? Rendez-vous à la conclusion.

Les bons mots-clés pour une page bien optimisée

Tout consultant en référencement naturel qui se respecte commence par regarder les mots-clés. C’est la fondation d’une stratégie de référencement bien huilée. Le SEO On page ne peut s’en passer.

Pour vous donner un exemple : ne pas cibler ses mots-clés, c’est comme un tireur d’élite qui n’a pas de mire ou de lunette pour abattre sa cible. Quelles sont ses chances de l’atteindre ? Très faibles. C’est pareil pour vos mots-clés.

Pour trouver les bons mots-clés, la première étape est d’utiliser un logiciel qui vous donnera les bons chiffres.

Il en existe une multitude qui sont très efficaces mais payants comme Yooda insight, Ranxplorer, SEMrush… Mais j’aime bien vous donner des outils gratuits et voici celui qui est à utiliser :

Ubersuggest

La page d'accueil de Ubersuggest de Neil Patel

Il vous suffit de taper un mot-clé dont le sujet vous intéresse, sélectionner la plateforme qui sera « web » dans notre cas (vous pouvez faire le même travail pour Youtube par exemple) et la langue.

Un peu d’attente et Hop ! Voici un résultat :

Les résultats d'une recherche ubersuggest

Vous aurez le nombre de recherche par mois, une idée du prix au clic si vous souhaitez travailler avec Adwords (maintenant renommé Ads) et un indice entre 0 et 1 pour la concurrence.

Ubersuggest ne propose pas le nombre de résultat selon la requête. Ce chiffre permet de savoir s’il y a beaucoup de site qui se place sur cette requête ou non. Vous pouvez trouver ce résultat à chacune de vos recherches :

le nombre de résultat d'une recherche sur Google

Avoir le nombre de recherche mensuel permet de calculer une note pour l’intérêt et la faisabilité d’un mot clé. De la moyenne de ces deux indices, peut être déduit l’importance de ce mot clé.

Voici le principe :

L’intérêt

0 à 100 recherches : 0 points

100 à 1000 recherches : 5 points

1000 à 5000 recherches : 10 points

De 5000 à 10 000 recherches : 15 points

Au-delà de 10 000 recherches : 20 points

 

La faisabilité :

Plus de 50 millions de résultats : 0 points

10 à 50 millions de résultats : 5 points

1 à 10 millions de résultats : 10 points

De 500 000 à 1 million de résultats : 15 points

En dessous de 500 000 : 20 points

L’intérêt + la faisabilité donne une note globale au mot clé.

Il vous suffit d’exporter les résultats du logiciel dans un fichier Excel et de reclasser les résultats dans l’ordre pour avoir une étude de mots-clés complète.

Le petit plus : Sachez qu’avec un logiciel comme Yooda Insight, les deux valeurs vous sont transmises, pas besoin de passer par le moteur de recherche.

le deuxième petit plus : Pensez à avoir 1 % de densité pour votre mot clé. Cela veut dire que votre mot-clé doit apparaitre tous les 100 mots.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour choisir les bons mots-clés. Pensez également à utiliser des mots-clés de longue traîne dans vos contenus.

Les balises essentielles et les URLs

L’optimisation de vos balises meta, title, Hn, strong, a href, img et des URL est vraiment primordiale si vous souhaitez voir vos résultats de recherche en bonne position et attirer du trafic. Ces sont les bases du SEO On page.

Ces balises ont pour rôle de structurer votre contenu et de « donner vie » à votre contenu. Ne pas les utiliser ou mal les optimiser serait mauvais pour votre référencement.

Google comprend mieux le sujet d’une page à l’aide de ces balises et de son contenu. Il est capable de référencer la page que vous souhaitez lorsqu’il tire un sujet d’une page. De plus, il sait le faire très rapidement et de manière très efficace.

Voici les différents points à travailler grâce à mes meilleurs conseils, sur l’ensemble de vos pages :

La balise Title

La balise titre permet de montrer aux visiteurs le sujet de la page sur laquelle ils vont cliquer, dans les moteurs de recherche. Le titre se doit d’être accrocheur pour s’assurer un bon taux de clic.

Un snippet qui montre la balise Title

Pour faire une balise titre, il suffit de la placer dans les balises Head de votre page, de cette façon :

<head>

<title>Le titre de ma page avec mon mot-clé dedans</title>

</head>

Pour bien optimiser la balise title pour le SEO, voici les points à retenir :

  • Le nom de votre site, un séparateur et le contenu de la page.
  • 5 à 7 mots descriptifs dont votre requête principale
  • 30 à 65 caractères (A ne pas dépasser)
  • Un titre unique au sein du site
  • Idéalement une balise title différent du H1
  • Un titre accrocheur

Si vous respectez ces consignes, votre titre devrait bien aider votre référencement

La balise meta description

La méta description va de paire avec la balise titre puisqu’elle permet de mieux comprendre le contenu de la page sur laquelle l’internaute va atterrir.

Un snippet qui montre la balise meta description

Elle n’est pas un critère de référencement direct mais permet d’améliorer le taux de clic. Elle n’est pas à négliger.

Pour faire une balise meta description, il faut placer cette dernière dans les balises head :

<head>

<meta name=”description” content=”description de la page” />

</head>

 

Voici mes meilleurs conseils pour optimiser la meta description :

  • Décrire le contenu de la page
  • 130 à 156 caractères
  • Utiliser des verbes tournés vers l’action (découvrez, trouvez…)
  • Insérez vos mots-clés
  • Fournir une solution ou un bénéfice
  • Des descriptions uniques

Le but de cette description est simplement d’attirer le clic. Peaufinez votre taux de clic pour un meilleur référencement.

L’URL

L’URL d’une page sert à retrouver cette dernière, comme l’adresse d’une maison sert à définir un lieu exact. Selon la technologie que vous utilisez pour faire votre site, il est plus ou moins simple de modifier ses URLs. Pour ceux qui utilisent un CMS, la tâche est aisée !

Une URL se doit d’être simple à lire, à comprendre et à retenir. Quel intérêt d’avoir des chiffres, une date ou bien un ensemble de lettre sans rapport avec l’article ? C’est tellement plus simple d’avoir un aperçu du contenu grâce à des mots. C’est d’ailleurs ce que Google veut.

Pour réussir ses URLs et bien les optimiser pour vos visiteurs mais également pour nos amis les moteurs de recherche, voici quelques conseils :

  • Bien choisir son nom de domaine : attention aux domaines trop longs ou aux EMD.
  •  Choisir une bonne extension et un hébergeur adapté.
  • Utiliser le protocole HTTPS si possible.
  • Utiliser des répertoires, si possible mais pas plus de 2.
  • Faciliter la lecture de votre URL pour votre lecteur.
  • Utiliser ses mots clés dans le chemin d’accès (la partie après l’extension) et ne pas utiliser de mots bloquants (comme le, la, les, des…).
  • Attention à ne pas avoir une URL trop longue ; 3 à 5 mots, et ne pas dépasser 60 caractères idéalement.
  • Attentions aux caractères utilisés : caractères spéciaux, accents, majuscule, underscore … sont à bannir.

Avec ces conseils, vous êtes armés pour bien réussir vos URLs.

Les balises Hn

Un contenu désordonné n’a pas d’intérêt pour le lecteur puisqu’il n’arrivera pas à se repérer. Le rôle des balises Hn est d’ordonner votre contenu grâce à des titres de différents niveaux.

Il y a 6 niveaux de titres où chacun s’emboite dans celui qui est supérieur. Le h1 est le titre principal, souvent affiché en gros, le h2 s’emboite dans le H1, le h3 s’emboite dans le h2 etc.

Les titres doivent être dans la balise body, voici comment les mettre en place :

<body>

<h1>Ceci est mon titre principal</h1>

<h2>Voici mon titre secondaire</h2>

<h3> Ceci est mon titre de niveau trois</h3>

</body>

Une page web se doit d’avoir un sujet principal avec un mot-clé cible. On peut avoir plusieurs mots-clés dans une page mais moins il y en a, mieux c’est.

Le titre H1 inclue ce mot-clé cible et les titres h2 incluent des synonymes ou des mots proches de celui ciblé. Les h3 utilisent un vocabulaire du même contexte que celui du H1 et du H2. Le H4 utilise le même principe que le H3. Pour ce qui est des H5 et H6, ils ne sont que très rarement utilisés.

Voici un exemple d’architecture :

La structure d'un article avec les balises Hn qui refletent un bon SEO On Page

Pour optimiser la structure de ses pages, voici ce que je recommande :

  • Un titre H1 par page, cela permet d’avoir un seul sujet sur votre page
  • Éviter de sauter des niveaux de titre. Ne pas passer de h1 à h3. Il y a une exception, lorsque vous mettez un fil d’Ariane en h6
  • Environ 70 caractères pour les titres Hn
  • Éviter de dupliquer les titres dans la page
  • Ne pas oublier de mettre des balises Hn dans votre page
  • Écrire l’ensemble de vos titres avant de rédiger votre page (cela revient à faire un plan)
  • Critère ergonomique : Penser à différencier la taille des titres pour qu’on puisse les reconnaitre. Le h1 est le plus grand et le h6 le plus petit.

N’oubliez pas qu’on doit comprendre de quoi vous allez parler simplement en lisant les titres de votre texte.

La balise a href

La balise a href correspond à vrai dire à la balise a et l’attribut href. Cependant ils ne sont rien sans l’autre.

Cette balise sert simplement à faire des liens HyperText qui mènent à d’autres pages de votre site ou bien vers un autre site.

Voici un exemple :

<a href=«https://www.exemple.fr/ordinateur-portable/dell/ »> ancre de lien</a>

Vous pouvez placer cette balise où vous le souhaitez dans votre contenu éditorial.

Il y a deux parties à travailler :

  • L’adresse : rien de compliqué, il suffit de l’écrire entièrement avec le protocole, le sous domaine, le domaine, l’extension ainsi que le chemin. C’est ce qu’on appelle une URL absolue.
  • L’ancre de lien : juste. Il faut varier les ancres qui pointent vers une page. Google y verrait de la suroptimisation et ça ne lui plairait pas !

Vous avez là, l’ensemble des points à optimiser pour les liens dans le On-page.

La balise image

La balise image est importante puisqu’il y a deux points à optimiser dans cette dernière pour aider au mieux les moteurs.

Pour mettre une image au sein de votre page, il faudra utiliser cette balise avec les attributs src et alt, comme ceci :

<img src= https://www.monsite.fr/chemin/monimage.jpg alt= « je décris mon image » >

Il y a 2 points à bien travailler :

  • Le nom de l’image: le nom doit évoquer le contenu de l’image et pourquoi pas mettre des mots-clés dans l’image si ceux-ci ont lieu d’être.
  • L’attribut alt: l’attribut alt décrit le contenu de l’image si celle-ci ne charge pas. Les moteurs de recherche utilisent son contenu pour classer vos résultats. N’hésitez pas à mettre une jolie phrase descriptive en 100 caractères maximum qui comprennent vos mots-clés.

Aussi, n’hésitez pas à optimiser le poids de votre image en jouant sur sa qualité et sa taille.

La balise strong

La balise strong sert simplement à mettre des mots en gras. Lorsqu’elle est bien utilisée, cela permet de faire ressortir les mots importants.

Cette balise est très utile pour donner de l’importance à des mots. Google en prend compte dans son calcul. Utilisez avec des mots liés au vocabulaire du mot-clé ciblé.

Voici comment la mettre en place :

Ceci est une phrase avec <strong> le mot important</strong> que je souhaite mettre en gras.

Attention à ne pas en abuser pour garder un joli texte clair.

Faire du contenu qui attire du trafic via les moteurs de recherche

Le contenu est le nerf de la guerre, c’est grâce à lui que vous allez attirer des gens.

Couronne de mot pour signifier content is king dans le SEO On Page

Imaginons qu’un article de qualité attire 500 personnes par mois tandis qu’un article de faible qualité attire 10 personnes par mois. Il parait logique de multiplier la quantité d’article de qualité sur son site, pas vrai ? Si oui, vous avez tout compris au marketing de contenu et presque tout au SEO On page.

Pour bien réaliser sa stratégie de marketing de contenu il faut écrire du contenu qui attire les gens. Pour cela, il faut du contenu :

  • Pratique, utile et précieux
  • Intéressant à lire
  • Qui soit suffisamment en profondeur
  • Bien écrit
  • Écrit en pensant aux intérêts du lecteur
  • Qui résout un problème
  • Facile à partager
  • Qui soit optimisé pour un mot clé à fort volume mais également pour des mots-clés de longue traîne.

Actuellement, vos clients sont plus intelligents que vous ne le pensez ! Vous devez être prêt à les écouter et apprendre de leurs problèmes. Ils se posent des questions et ce sont les réponses à ces dernières qu’ils attendent de votre part.

C’est en créant du contenu que vous allez créer des relations avec vos lecteurs. Mais quel genre de contenu créer pour cela ?

Voici 6 types de contenu qui fonctionnent bien :

  • Les guides: c’est un long contenu qui explique comment arriver à un point donné. C’est long à mettre en place mais très intéressant pour vos lecteurs
  • Les avis: écrire votre avis sur un livre, une formation, un site, un produit … fonctionne bien ! N’hésitez pas à donner un avis tranché et argumenté
  • Un article « comment faire … » : écrivez un article sur comment faire tel action, tel objet, etc. les gens cherchent souvent cette forme de contenu
  • Des articles à liste: « 9 façons de perdre du poids », ce type d’article fonctionne super bien !
  • Un Ebook : on peut en voir sur Amazon ou bien comme livre blanc sur des sites d’agences. Ils ont toujours un bon effet sur vos lecteurs.
  • Les études de cas: généralement, une étude sur un cas intéressant va faire le buzz, surtout quand on peut tirer des techniques qu’on peut appliquer !

N’oubliez pas que le contenu est roi et que le contenu optimisé est bien au-dessus de tout !

la citation de Bill Gates : Content is king

Les astuces SEO On page pour un contenu réussi

Bien optimiser son contenu pour les moteurs de recherches ET les visiteurs est important, vous l’avez compris. Vous savez optimiser votre page pour Google, vous savez qu’il faut de la qualité et qu’il est important de rentrer en profondeur dans le sujet.

Les points cités proviennent majoritairement du blog de Brian dean : Backlinko. Il cite tous les points importants du SEO On page.

Je vous apporte quelques précisions et des conseils à bien prendre en compte ici :

Placer votre mot-clé cible dans les 100 premiers mots du contenu

Pour que Google comprenne mieux de quoi parle votre page, il est bien de mettre votre mot-clé cible dans les 100-150 premiers mots de votre article.

Certains écrivent un article probablement en le faisant sans s’en rendre compte. D’autres ne le font pas et font une introduction très longue avant de venir à parler du sujet important.

Évitez les longues introductions et pensez à aborder rapidement le sujet.

Utiliser un vocabulaire adapté au mot-clé ciblé

SI vous souhaitez décrire une maison, vous allez parler de ce qui la compose. Vous n’allez certainement pas la décrire avec un vocabulaire qui n’a rien à voir.

Parfois, il peut s’avérer difficile d’utiliser le bon vocabulaire, voici un exemple donné par 1.fr :

1.fr explique pourquoi il est important d'avoir un vocabulaire lié à son mot clé cible

De ce fait il existe des outils pour connaitre le vocabulaire à utiliser lorsque vous ciblez un mot-clé. Cela permet de mieux se placer sur les moteurs de recherches alors pourquoi ne pas le faire ?

Il existe l’outil dont je parlais juste au-dessus 1.fr qui est payant.

Je préfère vous présenter mon coup de cœur : seo-hero, c’est un outil développé par Walid Gabteni, un consultant SEO français.

Seo hero propose de trouver tout un vocabulaire lié à votre mot-clé cible

Il vous suffit de donner un mot clé et il sort le vocabulaire le plus utilisé sur les 10 premiers résultats de la recherche sur Google. Quoi de mieux que cet outil pour connaitre le vocabulaire à utiliser ?

Je recommande cet outil les yeux fermés pour vérifier son vocabulaire.

Les liens sortants

Quelque soit le sujet dont vous parlez dans votre article ou bien dans votre page, il est toujours intéressant d’avoir des sources.

En effet, les gens raffolent de chiffres et de citations de certaines personnes. Tout dépend de votre thématique.

Mais je suis certain que vous pouvez appuyer vos dires avec des sources d’autorité. En effet, lorsque vous citez une personne lambda, sans aucune notoriété, cela n’a pas vraiment d’effet. Google et vos visiteurs préfèrent que vos sources soient influentes ! Citez les gros sites web connus comme les sites du gouvernement, Wikipédia ou bien simplement les sites qui ont des bons résultats en SEO.

Cependant, si vous prenez un site un peu douteux ou bien avec des informations que vous savez peu pertinente, passez le lien en nofollow. Cela montrera à Google que vous ne souhaitez pas prendre ce lien en compte.

Il faut mettre 5 à 8 liens vers des sites d’autorité au sein de son article. Ça parait beaucoup mais c’est important !

Le maillage interne

À quel point est-ce qu’il est important de faire des liens vers les autres pages de son site ?

Le maillage interne permet de faire remonter dans les résultats de recherche certaines de votre site grâce à la transmission du jus de lien. Il permet également d’aider les robots à mieux visiter votre site.

C’est réellement un point à optimiser dans l’ensemble des sites web.

Pour cela, toujours selon Brian Dean, il faudrait 2 à 5 liens interne par page. Mais attention à ne pas le faire n’importe comment ! Le lien vers lequel vous envoyez l’internaute doit être en rapport avec le contenu. Demander vous toujours « Est-ce que l’article vers lequel je vais envoyer mon lecteur va compléter son expérience ? »

Si vous respectez bien cette règle, votre maillage interne devrait être correctement optimisé.

La longueur d’un article

La longueur de l’article a un poids à jouer dans le référencement de votre site. Mais quelle est le nombre de mot à utiliser ?

Le plugin SEO Yoast pour WordPress parle de 300 mots minimums, certains pensent que 500 suffisent.

Certaines études vont vous montrer qu’il faut 1900 mots au minimum, comme celle de Backlinko avec son analyse de 1 million de résultats sur Google  :

Graphique de l'étude sur la corrélation entre nombre de mots et positions

D’autres comme BuzzSumo vont venir compléter les études en disant que les articles de plus de 3000 mots reçoivent plus de partages sur les réseaux sociaux :

Une étude de Buzzsumo et OkDork sur le nombre de mot

On peut également voir Hubspot qui nous dit que l’idéal se trouve entre 2250 et 2500 mots pour les articles de son site :

Une étude de Hubspot sur le nombre de mot

Qu’est-ce qu’on peut conclure de ces études ?

On peut voir qu’il faut au minimum 1900 mots et qu’aller au-delà n’est pas un problème. Ces chiffres aident à avoir un bon positionnement. Attention à ne pas mettre de côté la qualité pour atteindre cette valeur.

Est-ce qu’un article avec moins de mot peut quand même bien se positionner ?

Bien entendu, ces études montrent une globalité. Certains articles avec 500 mots peuvent très bien se classer. Il reste préférable d’atteindre ces 1900 mots.

Pour savoir si l’article qu’on a écrit est suffisant en nombre de mot, il faut simplement répondre à ces questions :

  • Ai-je dit tout ce que je pouvais ? trouvé toutes les informations ?
  • Ai-je surmonté toutes les objections ?
  • Ai-je répondu correctement à ma problématique ?
  • Est-ce que je me suis bien concentré sur le lecteur ?
  • Mon article encourage-t-il à convertir mon lecteur ?
  • Si j’étais lecteur, est-ce que mon article me plairait ?

Si vous répondez par un oui à l’ensemble des questions, c’est que vous avez un bon article !

Utiliser des images et des vidéos

Lorsque vous écrivez des articles très long, on peut vite venir à se lasser et ne pas voir la fin de la page. Qui aime voir un gros pavé de texte sans aucune image ? Peu de personne, même s’il y en a.

Il faut donc trouver des « distractions » pour tenir le lecteur intéressé par ce que vous publiez.

Quoi de mieux que des images, des captures d’écrans, des infographies, des memes ou bien des vidéos pour remplir ce rôle ?

Le deuxième point positif dans tout cela, c’est que Google donne un bonus à ceux qui en utilisent.

Pourquoi ne pas en mettre dans vos articles ? Personnellement, je fais les deux dans mes articles.

Les boutons de partage sur les réseaux sociaux

Les boutons de partage sur les réseaux sociaux

Les boutons pour réseau sociaux… Tout une histoire et également une problématique. Je m’explique :

Je cherchais à optimiser les performances de mon site et je suis tombé sur plusieurs articles de la sphère francophone du SEO disant qu’il ne fallait surtout pas en mettre. Simplement parce que cela a tendance à distiller les liens sur la page. De plus, cela rajoute du javascript, surtout lorsque vous rajoutez un compteur.

Comment faire du coup ?

Le référencement est parfois une question de compromis. C’est le cas ici.
L’idéal est de bien savoir si vous souhaitez que vos articles soient partagés sur les réseaux sociaux. Si oui, je vous conseille de mettre de simples boutons, sans compteur.

Une fois que vous devenez plus connu, n’hésitez pas à rajouter le compteur. cela permettra de travailler sur ce que les américains appellent la preuve social. Plus les gens vouent que c’est partagé, plus ils vont appréciés et partager.

Il vaut peut-être mieux distiller un peu les liens et mettre du Javascript qui va légèrement ralentir la page pour avoir des visites provenant des réseaux sociaux.

La fraicheur du contenu

Google aime la fraicheur, le contenu tout neuf qui vient d’être publié, il en est friand ! Pour juger de cela, Google retient la date à laquelle il découvre une nouvelle page.

Mais le problème est qu’au fur et à mesure, la fraicheur s’estompe et fait perdre cet avantage. Qu’est ce qu’on est sensé faire pour régler le problème ?

La première chose à faire : Publiez le plus souvent possible ! Idéalement une fois par jour mais si vous ne pouvez pas, une fois par semaine sera déjà une bonne chose. Cela permettra d’attirer les robots sur vos pages. Certains petits malins utilisent des techniques pas forcément règlementaires et changeant la date de publication des articles. C’est risqué et je ne vous le conseille pas.

La deuxième technique consiste à mettre régulièrement votre contenu ancien à jour, à faire de simples modifications. Faites plusieurs modifications par page pour montrer à Google que vous le faite vraiment pour vos lecteurs. Faire une modification de ponctuation sur chacun de vos articles par exemple peut s’avérer risquer sur du long terme.

Conclusion

C’est un article assez long et je ne pense pas que vous allez tout retenir. Le principal est de bien comprendre ce que les moteurs de recherche attendent de votre part.

Optimiser une page pour le référencement n’est pas compliquée et devient une question d’habitude à force.

Voici la petite checklist des 21 critères pour le SEO On page :

  • Cibler votre mot-clé, idéalement de longue traîne
  • Une URL optimisée, évocatrice, simple à retenir et à écrire.
  • Une balise Title avec vos mots-clés.
  • Une balise H1 semblable à la balise Title. Les CMS la duplique automatiquement.
  • Une structure des h2, h3, et H4 bien organisée pour qu’on puisse comprendre la page sans lire le contenu.
  • Votre mot-clé cible dans les 100 premiers mots de la page
  • 1% de densité du mot-clé cible
  • Utiliser un vocabulaire qui convient avec celui du mot-clé cible.
  • Penser à mettre des mots importants en gras (balise strong)
  • Mettre des images et/ou des vidéos
  • Les images ont un nom de fichier descriptif et une balise alt avec les mots-clés.
  • Les images et les vidéos sont compressés et à la bonne taille
  • Faire des liens optimisés avec les bonnes ancres
  • 2 à 5 liens internes dans un article
  • 5 à 8 liens sortants dans votre contenu (pas forcément simple)
  • Une meta description qui attire le clic
  • Utiliser des boutons de partage dans les réseaux sociaux
  • Écrire un contenu suffisamment long, 1900 mots au minimum.
  • Publier régulièrement
  • Mettre son contenu à jour
  • Écrire pour vos lecteurs, pas pour les robots. (Ce sont les humais que vous convertissez, pas les robots)
  • Le meilleur pour la fin : Écrire du contenu de QUALITÉ

Ce n’est qu’une fois que vous avez respecté ces étapes que vous allez pouvoir créer une stratégie de backlink efficace. Avec ces points travaillés, vous avez optimisé votre stratégie de linkbaiting !

Vous êtes maintenant prêt à écrire des articles de qualité qui vont ramener des gens sur votre site !

Share This