Vous venez de monter tout un projet pour lequel il est nécessaire d’avoir un site internet et vous avez trouvé le parfait nom de domaine pour cela ?

C’est une très bonne chose mais il y a un problème : le nom de domaine est indisponible. Les deux extensions les plus intéressantes pour le marché français (.fr et .com.) sont déjà utilisées.

Que faire ?

Pas de panique. Cela arrive très souvent. Il y a déjà plus d’un milliard de site web sur la toile, rien que ça. Il y a beaucoup de risque que vos idées soient déjà prises.

Maintenant il va falloir trouver une solution parce qu’il n’est pas forcément envisageable de changer de nom à la plateforme.

Avant de continuer, il faut juste savoir des basiques sur les noms de domaine. Un NDD (nom de domaine) est composé de 2 parties :

  • Le nom (ex : louismaitreau)
  • L’extension, aussi appelée TLD pour Top Level domain (ex : .fr)

Il est possible d’avoir différents sites à chaque extension. Par exemple, je peux avoir un site sur louismaitreau.fr et un autre différent sur louismaitreau.com. Évidemment dans mon cas, il n’y a pas de grand intérêt.

Mais cela peut être intéressant si un site étranger a déjà pris le .net par exemple et qu’il vous a laissé le .com.

Un dernier élément à savoir est qu’il y a deux types d’extension qui vont nous intéresser :

  • gTLD : Généric Top Level Domain. Ce sont les .com / .net / .org …
  • ccTLD Country code Top Level Domain. Ce sont les extensions liées au pays : .fr / .es / .us …

Voici une longue liste des extensions disponibles.

Maintenant que nous avons les bases, on peut commencer à voir la liste des 10 solutions :

Pourquoi ne pas le racheter ?

Je sais qu’il n’est pas forcément possible d’acheter un nom de domaine facilement et de sortir 3000€ certaines fois, juste pour un nom de domaine.

Mais certaines fois ils ne sont pas forcément chère et disponible sur d’autres site que celui d’un registrar (Celui qui fournit les NDD). Il ne faut pas s’arrêter seulement à ce dernier.

En effet, s’il n’est pas disponible sur OVH par exemple, il ne faut pas arrêter ses recherches.

Essayez de voir s’il mène à un site. Certaines fois ils sont achetés mais pas utilisés. Pour l’exemple, je montre le NDD backlink.fr, quelque chose qui pourrait être bien pour une agence spécialisée dans le netlinking.

Si vous tapez l’URL dans un navigateur, vous tombez sur un message comme :

Message résultat nom de domaine indisponible et non utilisé

C’est un bon signe. Cela montre que le site n’est pas utilisé et qu’il est plus facilement vendable et peut-être même à un bon prix !

La prochaine étape est d’avoir un peu plus de renseignement sur qui le possède et qui contacter.

Rendez-vous sur whois pour taper dans la barre de recherche la même adresse. On tombe sur :

Who is du site backlink.fr avec ses contacts

Avec une adresse email que vous pouvez contacter et même un numéro de téléphone. Vous pourrez demander des informations sur le nom de domaine et même l’acheter si le propriétaire est d’accord pour vous le céder.

Essayer un autre gTLD

Le .com était l’extension que vous vouliez ? Malheureusement elle n’est pas disponible.

Vous décidez donc de prendre une autre extension pour votre site. Mais attention, avant de le faire, il y a quelques points importants à savoir :

  1. L’extension .com est celle qui inspire le plus de confiance et aussi la plus utilisée. C’est le standard en termes de TLD
  2. Beaucoup de gens pensent que certaines extensions génériques autre que le .com ne sont que des sites de spam selon un article de SEMrush

Quelle que soit l’extension que vous choisirez, vous n’aurez pas de changement sur votre positionnement. Que ce soit le .paris, le .alsace ou bien le .bzh, vous n’aurez pas de bonus ou malus SEO avec un gTLD.

Il va être à vous de gagner la confiance de vos auditeurs. On prend l’exemple de l’extension .tv qui appartenait avant à l’état du Tuvalu en Polynésie, a été utilisé comme abréviation de télévision. Il est passé du ccTLD au gTLD. Comme par exemple avec ce site wiiz.tv :Site de wiiz.tv qui montre un gTLD original

 

Essayez de trouver une extension en rapport avec votre activité.

Utiliser avec un tiret

Utiliser un tiret peut-être la solution toute simple pour obtenir le nom de domaine que vous souhaitez. Surtout s’il est composé de 2 mots.

C’est un sujet qui est controversé : faut-il utiliser ou nom le tiret dans son nom de domaine et est-ce qu’il influe sur le positionnement dans les résultats de recherche ?

La réponse est que c’est pareil, avec ou sans le tiret. Le seul changement est vis-à-vis de votre audience et de ce qu’ils en pensent.

Veillez bien à ne surtout pas utiliser ce qu’on appelle le tiret du 8 ou encore l’underscore : _

Celui-ci n’est pas vu comme un caractère de séparation.

Il faut bien choisir le tiret : -, appelé « tiret du 6 ».

Il existe certain sites connus qui utilisent le – en séparation comme un confrère référenceur qui l’utilise dans son nom de domaine :

www.visibilite-referencement.fr

 

Ajouter un mot ou verbe au nom

Une solution assez efficace consiste à ajouter un mot ou un verbe à son nom de domaine.

Avec cette méthode, vous donnez un bénéfice supplémentaire pour passer à l’action et en plus de cela vous les rendez plus simple à retenir que certains domaines qui ne paraissent pas forcément facile à mémoriser.

Voici un exemple avec le site Zone-telechargement.com qui était spécialisé dans le téléchargement en ligne. Il a maintenant fermé.

Le site a ajouté le mot « zone » à son activité.

C’est simple et efficace.

Ajouter une ville ou pays au nom

Vous pouvez penser à ajouter votre pays ou bien une ville à votre nom de domaine. On n’y pense pas forcément.

Voici un site où la ville est rajouté au domaine :

site du petit train de marseille avec le nom de la ville dedans

Le petit train est à Marseille, mais il est plus simple d’y ajouter la ville que de ne laisser que petit-train.com qui aurait déjà été pris.

C’est une astuce toute simple pour arriver à obtenir le nom de domaine que vous souhaitez.

Essayer avec des abréviations

Le nom de votre entreprise est peut-être long ? il peut être intéressant de le réduire.

Beaucoup de marque utilisent des abréviations.

Si je vous parle de « Hennes & Mauritz » est ce que cela vous parle ? Ou encore Louis Vuitton Moët Hennessy ? Ces marques sont plus connues sous leur abréviation H&M ainsi que LVMH même si ce dernier est un rassemblement de marque.

Il vous est tout à fait possible d’orienter votre communication sur des abréviations.

Des fois, en marketing, le plus court est le plus efficace.

Utiliser un hack

Je pense que comme ça, un « hack » parait être vaste et qu’il y a beaucoup de possibilités.

En effet, mais je vais vous en donner une particulièrement ingénieuse à mon gout :

Who.is

Site who.is qui montre un hack avec le ccTLD d'islande

C’est un site islandais qui utilise le TLD .is pour un service de whois (information sur des domaines). Le hack est plutôt intéressant !

Il y a encore :

Un hack de Google avec son réducteur d'URL qui montre l'URL Goo.gl

Le réducteur d’URL de Google qui a fait goo.gl

Soyez original ! Ce genre de pratique peut vous aider à faire le buzz.

Mettre son slogan

Les slogans sont faits pour rester dans la tête et faire en sorte que les gens se souviennent de vous. Si votre slogan est court, il est tout à fait adapté aux URLs.

Prenez leur slogan « just do it », qu’on pourrait trader en « fais-le ! ». Essayez d’aller sur justdoit.com, vous allez voir où vous allez tomber.

Les marques y ont pensé et ont pris ces noms de domaine pour eux et pour éviter tout problème de détournement.

Vous avez beaucoup de sites, surtout américain qui mettent ce genre de domaine en place. En France on voit souvent des marques le faire mais pour des événements commerciaux à durée déterminée.

Vous pouvez même mêler l’idée à un hack de domaine.

MacDonald’s a comme slogan « I’m lovin it », il pourrait être original d’avoir imlovin.it comme URL mais il s’avère qu’en allant sur l’URL, elle est à vendre à 200 000 euros.

Encore une fois, soyez créatif.

Votre marque est-elle déposée ?

SI votre projet est réfléchi depuis un moment, que vous avez déposé votre marque à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) et que le nom de domaine est acheté après le dépôt.

Il vous est possible de demander à récupérer le nom de domaine. Selon l’INPI c’est la loi du « premier arrivé, premier servi ». Il est tout à fait envisageable de passer par la voie légale.

Si vous déposez votre marque bien après la date d’achat du NDD, vous n’avez pas beaucoup de chance de pouvoir récupérer le NDD par la voie légale. On revient sur la solution de l’achat.

Ne déposez pas une marque à l’INPI juste pour récupérer un NDD.

Surveiller la disponibilité

Comme au tout début de cet article où je vous proposais de racheter le nom de domaine au propriétaire, vous pouvez également voir la date d’expiration du nom de domaine pour l’acheter et le rediriger vers votre site.

Il suffit de trouver un site de whois et de regarder la date d’expiration, notée « Expiry Date »ici, pour le NDD fnac.fr :

Whois de la Fnac qui montre la date de disponibilité

Attention à ne pas racheter des noms de domaine protégés. Ce n’est pas ce qui vous rendra riche, ce n’est pas légal. Il est possible d’avoir des noms de domaine de grande boite, Comme avec l’histoire de l’homme qui a possédé Google pendant 1 min.

Trouver un nouveau nom de domaine

On arrive sur la dernière des solutions, la onzième. D’ailleurs, ce n’est pas vraiment une solution bien originale.

Cependant je crois bien que c’est la dernière solution à envisager si vous souhaitez réellement vous lancer sur internet : revoir votre nom de domaine.

Pour cela, voici les meilleures façons de procéder :

  • Faire un Brainstorming, ou une tempête des cerveaux comme disent les canadiens. Le but ? lister toutes les idées qui vous passe par la tête et peut-être trouvé la perle rare tant attendue.
  • Utiliser votre marque (si ce n’est pas déjà le cas)
  • Réutiliser les techniques décrites au-dessus pour trouver un nouveau nom de domaine

Ceci dit, sachez qu’il existe encore tout une multitude de nom de domaine qui ne sont pas encore exploités. Cherchez et prenez votre temps.

Conclusion

Avoir un nom de domaine indisponible peut être bloquant dans l’élan de lancer un site internet. Il ne faut pas perdre espoir et garder sa motivation.

La quête du parfait NDD en .com est très compliquée et elle le sera de plus en plus avec le temps puisqu’il y a tous les jours, plus de site en création.

Les gTLD se démocratisent de plus en plus avec des sites qui utilisent des .me, .tech ou encore des .app. Tout est envisageable et à ne pas négliger dans une stratégie de communication réussite. Je reste persuadé qu’un nom de domaine avec un gTLD qui donnent un nom original peut faire un buzz et booster vos ventes.

Mais il est bien sûr plus dans nos habitudes de s’orienter vers un .com ou .fr.

En Allemagne, le .de est beaucoup plus rependu que le .com par exemple.

Dans tous les cas, je ne peux que vous inviter à bien réfléchir si votre nom de domaine n’est pas pris et d’envisager une des 11 solutions proposées pour trouver le domaine idéal.

J’espère que l’article vous a plu, à bientôt pour le suivant.

Share This