Chaque année, Google fait près de 500 changements dans son algorithme. Certains de ces changements passent inaperçus tandis que d’autres affectent considérablement votre classement dans les moteurs de recherche.

Google ne prend aujourd’hui plus la peine de nous prévenir lorsque ces changements d’algorithme ont lieu. Le moteur de recherche base sa stratégie sur le fait d’être le moteur le plus efficace et qui donnera le meilleur résultat de recherche aux visiteurs.

Si tout le monde connait l’algorithme, il sera très facile de le manipuler et de mettre un site avec peu de qualité dans les meilleures positions. Ce que Google veut à tout prix éviter.

Cependant, il est possible d’estimer si une nouvelle mise à jour aura lieu prochainement tout simplement en restant connecté sur les réseaux sociaux, particulièrement twitter qui à une sphère SEO active.

Une information qui fuite, une anomalie détectée, tous les détails peuvent vous amener à comprendre l’ampleur de la prochaine mise à jour.

Mais justement, doit-on s’inquiéter d’une future mise à jour de l’algorithme de Google ? Les changements d’algorithme affectent-ils automatiquement le classement de notre site dans le moteur de recherche ?

Eh bien, pas forcément ! Dans cet article, je vais m’efforcer de vous expliquer les impacts réels des mises à jour de l’algorithme de Google, et surtout, comment y être bien préparé. Vous l’aurez compris, vous pouvez éviter toute mauvaise surprise avec quelques astuces simples mais efficaces !

Comprendre l’évolution de l’algorithme de Google

Un algorithme se compose de formules informatiques ou mathématiques., Cette méthode vise à donner un résultat précis ou tout simplement à résoudre un problème. Dans le cas de Google, il est mis en place dans le but de classer tous les sites web dans les résultats de recherche selon des critères précis. En établissant des mises à jour presque quotidiennes, Google s’efforce d’optimiser son algorithme pour mieux répondre aux attentes des internautes et ainsi donner les meilleurs résultats possibles.

Les mises à jour majeures

Les changements opérés par Google peuvent parfois avoir un impact plus ou moins considérable sur le classement de votre site web dans les résultats de recherche. Selon Link Assistant, le moteur de recherche Google a eu affaire à 9 mises à jour considérées comme « majeures »et qui peuvent avoir un impact sur votre SERP (page de résultats des moteurs de recherche).

  • Panda

Lancé pour la première fois en 2011, Panda vise à optimiser la visibilité des sites web de deux façons :

– lutter contre les sites ayant un contenu dit de mauvaise qualité. (Contenu dupliqué, sans valeur ajoutée…)

– favoriser les sites ayant contenu dit de bonne qualité (utile et unique !)

Depuis 2016, l’algorithme Panda fait désormais partie des mises à jour constantes du moteur de recherche Google. Le moteur a même annoncé que celui-ci était désormais « devenu l’un des signaux au cœur du classement des résultats”. Veillez donc à optimiser le contenu de votre site web, c’est primordial désormais. Comme on dit « content is king », autrement dit, le contenu est roi. C’est peut-être même le moment d’optimiser vos contenus sous-performant !

 

  • Penguin – 4/24/12

En 2012, Google décide de mettre à jour PageRank, l’algorithme qui participe au classement des pages web dans le moteur de recherche. Cette mise à jour est appelée « Penguin ». Elle avait alors pour objectif de pénaliser les sites web ne respectant pas les consignes de Google pour Webmasters et qui ont des pratiques abusives tels que :

  • Netlinking abusif
  • Bourrage de mots-clés (aussi appelé keyword stuffing)
  • Référencement abusif (dit Spamdexing)
  • Utilisation abusive d’ancres de liens.

Les pages pénalisées perdent alors peu à peu de leur visibilité dans les résultats de recherche. C’est la mise à jour qui a vraiment cassé les pratiques black hat (mais pas tué)

 

  • RankBrain

Ici, il ne s’agit pas d’analyser un site web, des pages ou des liens quelconques. RankBrain est né en 2015 vise à mieux comprendre les intentions de recherche des internautes pour ensuite répondre de la manière la plus pertinente possible.

 

  • Hummingbird

Fortement lié à Rankbrain, Hummingbird a vu le jour en 2013 dans le but de fournir à l’internaute les réponses les plus pertinentes et les plus utiles possibles. Cet algorithme concerne plus particulièrement les requêtes longues (dites de longue traîne). Grâce à Hummingbird, Google va tâcher de vous donner la réponse la plus précise possible en analysant entre autres le contexte de la requête.

 

Comme je vous l’ai dit plus tôt, il y a eu encore 5 autres mises à jour majeures au cours des dernières années. Je vous invite à vous rendre sur la page de Link Assistant qui donne une description plus détaillée de ces 9 grandes mises à jour.

Les mises à jour mineures

Selon Gary Illyes, Google procède en moyenne à deux mises à jour tous les jours. Il peut s’agir de mises à jour d’algorithme majeures comme citées plus tôt, ou des mises à jour considérées moins importantes comme les suivantes. Leur impact est donc moins conséquent sur le classement de votre site dans le moteur de recherche. On peut par exemple se référer à la 21ème mise à jour de Panda en 2012. Selon Seolius, cette mise à jour n’a eu que 1,1 % d’impact sur les résultats de recherche anglophones. Un chiffre bien bas qui montre bien que toutes les mises à jour n’engendrent pas toujours un changement radical dans l’algorithme du moteur de recherche.

Dans les mises à jour mineurs de l’algorithme, on peut parler de :

  • HTTPS update – qui donnait un léger bonus aux sites qui ont franchis le pas du https
  • EMD – qui vise à pénaliser les Exact Match Domain trop spécifiques
  • Payday Loan

J’en passe certaines mais je tenais à vous montrer ce que sont les petites mises à jours.

Appréhender ce que Google veut

Pour éviter de subir les mises à jour de l’algorithme Google, il faut que vous appreniez à comprendre ce que Google veut réellement. Que recherche-t-il en mettant sans cesse son algorithme à jour ? On pourrait a priori penser qu’il souhaite pénaliser les sites web qui ne respectent pas ses exigences. Mais pour ma part, je dirais plutôt qu’il essaye lui-même de répondre au mieux et plus précisément aux demandes de ses utilisateurs.

La « bonne » expérience utilisateur

Donald Norman, auteur de The Design of Everyday things, diffuse dans les années 90 l’expression « User Experience » (Expérience utilisateur en français).  Selon un texte de l’ISO, il s’agit de « réponses et perceptions d’une personne qui résultent de l’usage ou de l’anticipation de l’usage d’un produit, d’un service ou d’un système”. En bref, l’expérience utilisateur englobe toutes les relations, les liens qu’un utilisateur peut avoir avec une entreprise, des services ou des produits.

Pour que cette « expérience utilisateur » soit considérée comme bonne, il faut qu’elle réponde à des critères bien spécifiques. Il faut donc se poser tout simplement la question suivante :

graphique des mots clés utiles à un site pour continuer à vivre après une mise à jour de Google

  • utile, toutes les fonctionnalités sont à leur place et bien apparentes
  • navigable : L’utilisateur n’a pas de risques de se perdre dans les menus ou fonctionnalités
  • Utilisable : Tout est bien fonctionnel
  • Désirable : L’aspect visuel provoque une réaction émotionnelle positive importante chez l’usager
  • Accessible : Tout simplement, facile d’accès à tous, même à votre grand-mère qui n’aime pas la nouvelle technologie
  • Crédible : Un élément phare qui prouve de la qualité de votre site

Ayez un œil extérieur sur votre site et demandez-vous bien s’il répond à ces divers critères. En effet, en mettant son algorithme à jour, Google a un objectif simple : contenter l’utilisateur, améliorer l’expérience utilisateur au maximum. Si Google estime que vous favorisez une bonne expérience utilisateur, alors votre site ne risque pas d’être trop chamboulé par les mises à jour. Respectez au mieux les exigences de Google et évitez les actes pénalisants (black hat, netlinking abusif,…) et vous verrez votre position préservée.

Je vous conseille d’ailleurs de jeter un œil à mon article sur les 22 étapes essentielles pour référencer votre site web.  Vous y trouverez mes conseils pour préserver une bonne place dans les résultats de recherche Google.

Le bon chapeau pour un bon classement

White hat, black hat, grey hat… certains d’entre vous ont peut-être déjà entendu parler des différents « chapeaux » en SEO. Pour faire simple, le white hat (chapeau blanc) désigne le consultant SEO qui fera son référencement en respectant scrupuleusement les exigences des moteurs de recherche. Le black hat (chapeau noir) désigne, lui, celui qui ne va pas tenir compte de ces exigences.

Comme je vous l’ai dit plus tôt, Google met sans cesse son algorithme à jour dans le but de donner la meilleure expérience possible à son utilisateur. En vous rangeant dans les white hat, vous vous pliez aux exigences de Google. La montée peut être longue, mais sûre. Votre position dans les classements ne change pas, ou très peu. Même mieux, votre référencement est de plus en plus réussi !

Du côté des black hat, la montée peut être vertigineuse. Les meilleures positions peuvent être acquises grâces à des moyens douteux (netlinking abusif par exemple) en un rien de temps !

Puis c’est la dégringolade… A mesure qu’il met son algorithme à jour, le moteur de recherche détecte les abus et le manque de pertinence et fait ainsi perdre des positions au black hat.

Vous l’aurez donc compris, white hat et black hat ont le même but : un bon référencement naturel. Seuls leurs moyens diffèrent. Alors que le premier fera une montée sûre à long-terme, le second aura la possibilité d’être dans de bonnes positions rapidement. Mais il sera toujours à l’affût de la moindre mise à jour de l’algorithme Google, craignant de voir ses moyens frauduleux détectés.

Et le meilleur pour la fin, le grey hat. Celui-ci est à mi-chemin entre le blanc et le noir. Le but est de reposer l’ensemble de sa stratégie sur du blanc et de plus ou moins noircir ses techniques sans pour autant être pénalisé, pour le moment. Ces sont des méthodes SEO risquées mais qui peuvent s’avérer pourtant efficaces… Je pense par exemple aux PBN, les réseaux de blog privés, qui sont des blogs de qualités mis en place pour faire remonter votre site principal.

En bref, pour être dans la meilleure position, et surtout pour la garder, un mot est suffisant : Patience !

Ne vous perdez pas dans les dédales du black hat. Privilégiez un référencement solide, pertinent, cohérent et vous en récolterez les fruits !

Avoir les bons réflexes

Parfois, il est tout à fait possible de perdre sa place dans le classement des résultats de recherche. Mais attention, cela ne veut pas toujours dire que vous avez été pénalisé suite une mise à jour Google !

Si vous souhaitez suivre au mieux les mises à jour de l’algorithme Google et leurs impacts sur votre site, vous pouvez utiliser les outils Google Analytics ou Google Search Console que vous devez déjà connaître. L’agence Barracuda Digital a également développé un nouvel outil appelé « Panguin Tool ». Il permet d’analyser la visibilité de votre site, d’évaluer les impacts des mises à jour et ainsi de retravailler certains aspects si nécessaire.

Mais avant de retravailler quoi que ce soit, vous pouvez aussi prendre les devants par différents moyens très simples…

Diversifiez vos sources de trafic

Avant de commencer, si Google est aujourd’hui votre seule source de trafic, je n’ai qu’une chose à vous dire : Bon courage !

Être dépendant de Google comme seule source de trafic est signe de stress et anxiété. Vous comptez à 100 % sur elle, et elle seule pour vous ramener du trafic et les mises à jour opérées continuellement rendent votre position plutôt instable. Selon le blog Kissmetric, le trafic venant des moteurs de recherche tels que Google ou Yahoo est de seulement de 30,5 %. Vous rendez-vous maintenant compte de l’absurdité de la chose ? Avez-vous compris qu’en mettant tous vos œufs dans le même panier, vous réduisez amplement votre visibilité ?

A contrario, si vous avez réussi à diversifier vos sources de trafic, alors vous ne devriez pas avoir besoin de vous inquiéter. Diversifiez vos sources de trafic !

Quelques exemples de source de trafic

Gardez un œil sur les backlink

Les backlinks, aussi appelés liens retours désignent les liens hypertexte qui dirigent vers un site ou une page web.

Pour pouvoir engendrer des backlinks, il est important de trouver des reffering domains (domaines référents). Il s’agit tout simplement du nom de domaine du site web sur lequel est publié votre backlink.

Par exemple, si vous décidez de publier un lien vers votre page sur www.exemple.fr/blog/, le referring domain sera www.exemple.fr. Il vous est tout à fait possible d’avoir divers backlinks sous ce même domaine référent. Vous pouvez par exemple avoir un backlink sur un article de votre blog ou simplement une page qui présente l’un de vos services. Vous avez compris ? Le domaine référent reste le même ! Attention par contre à la qualité de vos backlinks. Il faut privilégier la qualité à la quantité et ainsi s’assurer que le nombre de backlinks par domaine référent est bien cohérent. En effet, la qualité de ces liens retour reflètent eux-mêmes la pertinence de votre site. Prenez-en soin !

Pourquoi ?

Nos chers amis les moteurs de recherche n’apprécient pas l’utilisation abusive des backlinks pour arriver dans les meilleures positions des résultats de recherche. Google, plus particulièrement, tâche de sanctionner au maximum les sites faisant du netlinking abusif ou incohérent. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles les mises à jour Panda et surtout Penguin ont vu le jour.

Conclusion

En bref, nulle raison de s’inquiéter des prochaines mises à jour si vous estimez que votre site est de qualité. Le moteur de recherche ne souhaite pas vous priver de vos libertés ; au contraire, il souhaite favoriser la visibilité des sites Web pertinents et de qualité.

En revanche Google est impartial avec les sites. Il veut absolument fournir la meilleure expérience possible à son visiteur et va améliorer constamment son algorithme. Ce moteur de recherche ne possède pas 94 % des parts de marché en France pour rien.

Une chose à faire : respecter les règles imposées par Google.

En revanche, si vous sentez que votre site a été affecté par une mise à jour, ne paniquez pas ! Faites une bonne analyse de votre site et voyez vous-même ce qui peut engendrer cette pénalité.

En retravaillant éventuellement ces quelques détails, vous ne pourrez qu’améliorer la qualité de votre site, et ainsi le rendre plus visible dans les résultats de recherche !

Google a également mis en place un outil de désaveux de lien si vous ne voulez pas qu’un lien compte dans le calcul de votre positionnement. Vous trouverez plus d’information sur le sujet du désaveu de liens sur un article rédigé par Google. Le lien vers l’outil est en bas de l’article.

A bientôt pour un prochain article

Share This