Dans cet article, je me permets exceptionnellement, de ne pas vous donner de conseils techniques et pratiques pour votre référencement. Seulement des informations très importantes à saisir pour avoir le bon état d’esprit lors des futures optimisations de votre SEO.

Le but de cet article ? Vous faire comprendre la réflexion des moteurs de recherches.

De nos jours, il y a pour habitude d’utiliser un moteur de recherche dès qu’un élément nous échappe ou bien dès que l’on souhaite obtenir une réponse. On connaît tous la fameuse phrase « Google est ton ami » lorsque vous avez une interrogation.

Cette habitude s’est faite parce que les moteurs de recherches ont su donner des réponses pertinentes à l’ensemble de nos questions posées. Quelle que soit la recherche, on tombe très souvent sur la réponse que l’on souhaite. Que l’on soit en quête d’une recette de cuisine, un nouveau manche à balais pour le ménage ou bien que l’on ait une question existentielle à se poser, Notre ami Google saura toujours nous diriger vers les meilleures sources d’informations ou sites e-commerces.

Au début, on connaissait les annuaires en ligne qui nous donnaient le numéro de téléphone d’une personne. C’était le début de la recherche sur le web. Au fur et à mesure, au début des années 90, sont venus les moteurs de recherches comme Lycos ou bien Altavista mais les résultats étaient peu pertinents.

C’est en 1998 qu’arrive Google qui s’impose très vite après quelques années comme le leader de la recherche.

l'aspect de google en 1998

Comment ce groupe est devenu le n°1 de la recherche avec 9 recherches sur 10 en Europe ?

L’histoire de Google

On doit l’algorithme de recherche aux deux étudiants de Stanford, aux Etats-Unis, Larry Page et Serguey Brin, deux génies des mathématiques. Grâce à leurs recherches approfondies, les deux étudiants ont su mettre en avant de nombreux facteurs de classement pour gagner en pertinence dans les résultats de recherche. Et c’est au 21ème siècle que les efforts ont payés : Environ ¾ des recherches étaient pertinentes dès la première page.

Les internautes, satisfaits des résultats de Google, se sont vite habitué à ce dernier pour satisfaire leur soif de connaissances. En effet en 2002, 51 % des requêtes comportaient 3 mots-clés ou plus. On se rapprochait des requêtes de longue traîne dès cette époque. Si vous souhaitez plus d’informations, je vous invite à consulter l’article d’Olivier Andrieu au sujet de cette enquête de eStat sur le phénomène Google.

C’est également le premier moteur de recherche à proposer des résultats dans d’autres langues que l’anglais. En 2002, alors qu’il était possible de paramétrer ses recherches pour les avoir dans la langue de son choix, nous étions 77,4% à paramétrer Google en Français. Aujourd’hui, ce paramétrage n’est plus forcément nécessaire grâce à l’extension .fr qui propose des résultats français automatiquement.

C’est grâce à ces résultats et cette ouverture aux autres langues que Google a su conquérir le marché des moteurs de recherches.

Ce que Google cherche

Ce qui fait la réussite de Google c’est la pertinence de ses résultats. Sans cela, qui continuerait d’utiliser ce moteur de recherche ? Certainement personne.

C’est la problématique principale des créateurs du moteurs puisque à l’époque, la technologie n’était pas la même. Cela causait deux problèmes :

  • Les machines ne permettaient pas d’analyser le contenu textuel comme un humain peut le faire. Il fallait automatiser le processus de classement tout en comprenant la requête et le contenu des sites web.
  • Il fallait des réponses rapides et ce, grâce aux logiciels. Il n’était cependant pas possible d’avoir le même matériel de calcul que celui de la NASA par exemple.

Il n’est toujours pas possible pour un robot de comprendre un texte aussi bien qu’un humain. En revanche, on peut toujours optimiser la puissance de calcul, la loi de Moore l’a prouvé.

Ceci dit, grâce à cette pertinence améliorée, les créateurs de Google ont pu attirer des investisseurs. En effet, le moteur était tellement utilisé qu’il y avait des possibilités de tirer beaucoup d’argent de ce trafic.

C’est en 2000 qu’apparaît Google Adwords, la régie publicitaire. La levée de fond à permis de recruter des ingénieurs talentueux et creuser encore plus le fossé avec les autres moteurs de recherches.

Google et ses liens sponsorisés au début du 21 ème siecle

C’était la possibilité de faire des liens sponsorisés vers le site internet des professionnels. La publicité sur le web devenait plus simple et plus efficace. Le trafic allait pouvoir être qualifié, puisque la pub était sélectionnée selon les requêtes.

Comment relier cela au SEO

Serguey et Larry se sont dit qu’il fallait laisser déterminer la pertinence des pages aux internautes. En effet le contenu n’est plus le seul facteur de pertinence même s’il reste primordial.

Pour imager cela, imaginez que vous deviez comparer deux humoristes pour savoir lequel est le meilleur. Il va de soi qu’il est nécessaire d’assister aux deux spectacles et de juger de leurs prestations mais également du nombre de personnes présentes. De là, il est possible de donner un jugement plausible.

On peut retirer 3 points importants de cette analogie :

  • Ce que va raconter l’humoriste
  • Le nombre de personnes présentes
  • Le nombre de critiques dans la presse

Ce que raconte l’humoriste est assimilé au contenu de votre page, rien de nouveau jusque-là. Mais là où cela devient intéressant, ce sont les deux points qui suivent.

Plus il y a de personnes présentes, plus il y a de raisons à ce que l’humoriste soit bon. On peut simplement comparer cela au taux de clic sur votre page.

Le dernier point correspond à la popularité de ce dernier. Plus on vient à parler de lui et faire des critiques, plus il y a de chances à ce qu’il soit connu. Et donc qu’il vienne à se placer en haut des résultats. On parle ici des liens provenant de d’autres sites qui pointent vers le vôtre.

Cependant les critiques sur le spectacle sont importantes mais plus les personnes qui font ces critiques sont elles-même connues, plus ces critiques ont de la valeur, quel que soit le résultat de cette critique.

« Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ! » Léon Zitrone – Journaliste

Au final, il est important de se concentrer sur une chose unique pour l’ensemble de vos sites web : Travailler la qualité de votre contenu. C’est la pierre angulaire de votre référencement et également de votre succès. Si l’humoriste n’a que des bonnes blagues, il a plus de chances de s’attirer des bonnes critiques.

En SEO c’est pareil : du contenu de qualité attire les liens. C’est pour cette raison que votre priorité doit être le contenu que vous donnez à vos lecteurs.

Cependant, la petite différence c’est que Google ne tient pas compte de la façon dont vous amenez le contenu. Que votre site soit joli ou moche, ce n’est pas un critère de classement, ce qui pourrait l’être pour l’humoriste. En effet, si ce dernier est monotone et inintéressant dans sa façon de donner ses blagues, aussi bonnes soient-elles, cela n’aura pas le même effet.

Qu’on se comprenne bien, je ne vous dis pas de négliger votre design, non. Bien au contraire, cela va aider à charmer le prospect.

L’importance du marketing de contenu

un groupe qui travail sur le contenu et les statistiques de leur entreprise

Notre ami Google est friand de contenu, c’est son casse-croute préféré. Et ça tombe bien parce c’est également ce qui va vous aider dans votre stratégie d’acquisition de trafic.

Plus vous venez à vous positionner sur des requêtes diverses et variées, plus vous avez de chances de ramener des gens. SI vous vous positionnez correctement sur plus de 100 requêtes différentes qui ramènent chaque jour plus de 200 personnes, c’est bien plus intéressant que de faire un simple site vitrine avec 3 pages qui ramèneront à peine 20 personnes par jours. C’est une partie de l’intérêt d’un blog, parce qu’il y en a bien d’autres qui sont également très intéressantes pour vous et votre entreprise.

On rentre dans ce qu’on appelle le marketing de contenu ou également appelé « content marketing » en anglais. Cela consiste simplement à diffuser du contenu utile, informatique ou ludique sous la forme d’article, de vidéo, d’infographies, de livres numériques, d’études de cas, etc.

Selon Hubspot, les entreprises en B2C qui ont partagés plus de 11 articles par mois ont 4 fois plus de prospects que celles qui ne partagent que 4à 5 articles par mois.

Alors ? Vous n’êtes pas plus motivé à écrire 11 articles par mois ? un article tous les 3 jours ?

Toujours pas ? Si je vous dis que vous pouvez déléguer la création d’article pour 5 euros par article ? Cela vous intéresse un peu plus n’est-ce pas ? Rendez-vous sur la rubrique rédaction de 5euros.com pour engager un freelance.

Conclusion

Google veut du contenu, tout comme vos prospects. Pourquoi ne pas leur en donner ?

Lorsque vous avez compris cela, vous avez désormais toutes les chances d’attirer des visiteurs sur votre site. Il ne reste plus qu’à les convertir et à les fidéliser désormais.

Et pour cela, il faut répondre à un critère, celui de la qualité. Sans celui-là, Google ne va pas vous apprécier et vos visiteurs non plus.

Optimisez l’ensemble de vos articles pour le référencement naturel mais avant tout pour votre lecteur, c’est la clé de la réussite.

Soyez patient, une campagne SEO peut prendre 6 mois certaines fois, mais cela en vaut la peine. Avec Google il faut être patient.

Pour conclure et répondre à la problématique : Google attend de vous des articles de qualité et que vos liens soient naturels. Ne sur optimisez pas votre contenu, n’abusez pas des liens de faible qualité et le tour est joué.

J’espère que cet article vous plaira. A bientôt pour le suivant.

Share This