De nos jours, on ne connait pas tous les algorithmes qui régissent le SEO et, ne l’oublions pas, il y a des centaines de mises à jour chaque année.

Le référencement naturel est basé sur des résultats d’expérience de personne et d’entreprise avec des ressources suffisamment grosses pour arriver à en déduire des faits, sur les guidelines des moteurs de recherches ainsi que sur certaines révélations de portes paroles.

Il peut arriver qu’on se base sur des faux faits, sur des « légendes urbaines » ou simplement sur un ami qui nous a dit « hey Louis, je viens de voir qu’il faut mettre plein de mots-clés dans sa balise méta keyword, ça fonctionne bien ! » (On est bien d’accord que cette balise n’est en fait pas à renseigner hein !)

Dans cet article, je vais vous montrer 5 erreurs classiques en référencement naturel qu’il va falloir éviter et bien sûr corriger.

Erreur 1 : Ne pas optimiser ses pages sur les bons mots clés

Un trousseau de clé pour symboliser les mots-clés

En créant une page ou en éditant un article, certain omettent de réellement optimiser leurs mots-clés, surtout lorsqu’ils ne savent pas comment faire et qu’ils ont très peu d’expérience.

Il peut arriver que l’on veuille optimiser ses pages pour tous les mots-clés. Le manque d’expérience peut pousser à mettre plein de mots-clés différents dans une seule page. Ce qui est très mauvais pour le référencement de la page ainsi que pour celui de votre site. Pour faire simple, dites-vous que votre page a un flux qui va se disperser selon tous les mots-clés que vous voulez référencer. Plus il y en a, plus vous distillez le flux. L’idéal est donc de faire une page par mot-clé plutôt que faire plusieurs mots-clés pour une page, cela vous évitera de distiller votre flux.

L’autre risque est d’utiliser son intuition et de se dire que ce mot-clé du titre de niveau 1 « paraît être » le meilleur. On utilise le premier mot qui nous passe par la tête et on fait en sorte de l’optimiser pour bien le ressortir. Je vous rassure, j’ai moi-même commencé comme cela mais à force d’expérience, on se rend compte que l’optimisation de ses mots-clés va énormément influer sur son trafic. Quel intérêt d’arriver numéro un sur une requête que personne ne tape ?

Que va-t-il arriver avec cette stratégie expliquée précédemment ?

Le premier symptôme est le mauvais positionnement dans les moteurs de recherche. C’est même la meilleure des pires choses qui puisse arriver puisque la pire va être de voir un taux de rebond élevé. Ce qui veut dire que les internautes vont voir votre page, ne seront pas satisfaits et vont donc revenir en arrière sur la page du moteur de recherche.

Le problème c’est que lorsqu’on ne sait pas ce qui engendre exactement ce taux de rebond élevé, on n’est pas forcément aptes à réagir. Il est tout à fait possible que l’internaute à apprécié le contenu et est revenu en arrière. Le taux de rebond élevé n’est pas forcément mauvais mais reste gênant pour étudier l’efficacité de votre site.

Un taux de rebond élevé est lié à ce qu’on appelle le pogosticking. Il s’agit d’un procédé tout simple : Un internaute visite un résultat de recherche, revient en arrière, visite le suivant, revient à nouveau sur la page des résultats, visite à nouveau un résultat, etc.

En réalité, ne pas optimiser sa stratégie avec des mots-clés adaptés va paralyser votre référencement et alors là, dites adieu à votre trafic.

Utiliser les outils de recherche de mots-clés

Une stratégie de SEO réussie passe par une bonne optimisation de vos mots-clés, impossible d’y échapper !

Il est dommage de ne pas utiliser des outils adaptés au nombre de recherches et au nombre de résultats pour une requête.

On pourrait citer trois outils utilisés pour la recherche de mots-clés qui sont assez connu :

  • Google Keyword Planner
  • SEMrush
  • Yooda Insight

Quand on débute dans la création d’articles et notamment le SEO, il peut être idéal de commencer avec Google Keyword Planner. Ce logiciel est gratuit et disponible pour tous. Il faut cependant entrer votre numéro de carte bancaire dans Google Adwords pour y accéder. Le problème avec ce logiciel c’est qu’il faut avoir fait au moins une campagne de liens sponsorisés pour accéder à la partie complète de ce logiciel. De plus, vous ne disposez que d’une fourchette assez vaste du nombre de recherches par mois pour un mot-clé donné.

Les deux autres logiciels ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. SEMrush est un outil extrêmement complet mais aussi assez cher.

Moi-même, j’utilise Yooda Insight. Il dispose de la plus grosse base de mots en France juste après Google, et il est peu coûteux. Avec ce dernier, vous allez pouvoir étudier la stratégie SEO de votre concurrent, établir votre stratégie de mots-clés, découvrir votre concurrence dans une thématique précise et gérer l’ensemble des données récoltées pour les trier et même optimiser votre stratégie grâce au mind mapping (utile pour donner un visuel à l’architecture de votre site).

Mes conseils

Ne vous focalisez pas trop sur des mots-clés trop génériques et utilisez des mots-clés plus spécifiques, donc composés de plus de mots. C’est ce qu’on appelle la longue traîne.

« Chaussures » est un mot-clé générique tandis que « chaussures de sport pour femme » est un mot-clé plus spécifique. Focalisez-vous donc sur ses mots-clés plus spécifiques pour générer plus de trafic. Cela impliquera plus de pages, chacune avec peu de trafic mais sur un gros site, les visites ne se feront pas rares.

Variez le but des mots-clés, ne ciblez pas seulement des mots commerciaux mais utilisez aussi des mots informatifs pour ne pas brusquer vos prospects. Pour vendre; il faut d’abord guider et renseigner une personne. En ligne, c’est comme dans une boutique physique : vous imaginez un commerce qui ne répond pas à vos question sur un produit ? Ou bien un commerce qui vous force à acheter seulement ? À moins d’être une grosse pointure, c’est difficile de sortir la tête de l’eau.

 

Erreur 2 : Un contenu textuel de mauvaise qualité

un contenu de mauvaise qualité

Il y a quelques années le SEO consistait à optimiser énormément son contenu textuel et à adapter sa stratégie pour les moteurs de recherche. On ne prenait pas autant en compte l’internaute, ce qui n’était pas une bonne chose. On pouvait se retrouver avec des pages dont le mot-clé cible était présent tous les 10 mots. Les mots clés n’étaient pas naturels, on enlevait les mots «de liaison » sans intérêt pour donner des choses comme « partir New-York pas cher été à prix abordable pour toute la famille… » c’est moche ! Quel intérêt pour le lecteur ? Aucun.

Depuis, le référencement naturel a bien changé grâce à un filtre de Google nommé Panda qui s’est mis à combattre le contenu de faible qualité. Ce filtre à beaucoup remué la sphère SEO puisque beaucoup de sites se sont retrouvé du jour au lendemain sans trafic issu des moteurs de recherches.

Désormais, on tourne sa stratégie beaucoup plus vers les utilisateurs que vers les moteurs de recherche c’est aussi ce qui donne les meilleurs résultats. On dit beaucoup dans le webmarketing qu’il faut orienter son contenu vers ses lecteurs, garder un contenu léger et ne pas abuser d’un jargon trop spécifique pour ne pas perdre ses lecteurs.

Utiliser les outils d’optimisation de texte

Pour parler d’un sujet spécifique, il faut un univers sémantique bien particulier. Le moteur de recherche doit être capable de cibler le thème de votre page par la suite la recommander plus facilement à un internaute cherchant des réponses sur le même sujet.

Pour cela, il existe des outils gratuits ou payants qui font un travail assez sympathique :

  • 1.fr
  • Seo-hero.tech

Oui ce sont bien des adresses de site web, on ne dirait pas à première vue mais ce sont des outils très utiles. Le principe de ces outils est que vous insérez un mot clé en particulier et ce dernier va vous donner un univers sémantique lier au mot clé en question.

Voici par exemple deux textes qui décrivent une maison, pour illustrer un peu mieux mes propos. Vous allez comprendre :

  • Un gros objet carré, dans lequel les gens peuvent faire des activités d’intérieur, souvent de couleur blanche
  • Je suis fait d’un toit et de murs dans lesquels il y a des fenêtres. J’ai plusieurs pièces comme une cuisine, une salle de bain et une chambre.

Si on n’utilise pas un vocabulaire spécifique lié à un contexte bien particulier, on se retrouve avec une phrase comme la première et on ne sait pas trop de quoi on parle, tandis que si on utilise la deuxième phrase, on comprend plus facilement qu’on parle d’une maison.

1.fr est un outil assez pratique dans le milieu, om vous propose de la gratuité mais pour arriver au top des fonctionnalités il faudra payer.

Pour ma part, j’utilise seo-hero.tech, c’est un outil que j’aime beaucoup. Il vérifie le mot clé que vous choisissez et analyse les 10 premiers résultats de recherche pour ce mot clé. Il vous donne ensuite les mots les plus utilisés parmi ces 10 pages pour que vous puissiez utiliser le vocabulaire des pages arrivées en haut du classement.

Répondre à une problématique ou à une attente de l’internaute

Pour avoir un contenu de qualité et optimisé, il faut un contenu qui réponde aux attentes de l’internaute. Pour cela, je vous conseille de répondre à une problématique dans votre thématique.

Par exemple, pour ma part, j’aime beaucoup écrire et donner des conseils dans un sujet précis du référencement naturel comme « Comment faire une balise titre optimisée pour le SEO ? ». C’est souvent le genre d’article qui plait aux internautes. Il faut savoir qu’il y a 140% d’augmentation des requêtes qui commencent par un « comment » depuis 2004. C’est une très bonne façon d’attirer du trafic sur son site.

La deuxième bonne façon d’attirer du trafic sur son site est de donner une définition. Que ce soit un mot, un endroit, une ville ou tout autre chose qui peut être définie.

Si vous ne lui donnez pas satisfaction, l’internaute n’a aucune raison de rester sur votre site et de continuer la lecture. Résultat : Pogosticking, taux de rebond élevé, insatisfaction de la recherche de l’internaute et au final, baisse de vos résultats de recherche.

Erreur 3 : Ne pas optimiser des images et vidéos

Image non optimisée

Chose très importante : Pensez-vous à optimiser correctement vos images ou vidéos lorsque vous publiez une nouvelle page ou bien un nouvel article ? contrairement à cette image juste ci-dessus.

La bonne optimisation des images et vidéos va se jouer sur deux critères très importants :

  • Le référencement de votre site
  • La performance en termes de vitesse de votre site (aussi un critère SEO)

Pour les images :

Il faut que chacune de vos images soit au format .jpeg, .png ou bien .gif. Les autres formats ne sont pas adaptés au web. Pensez à optimiser la taille de votre image et surtout le poids pour optimiser le temps de chargement.

Une fois que cette partie est bien faite, il faut penser à donner du contenu au moteur de recherche car, même si on se dirige vers une lecture des images par Google, pour le moment un moteur de recherche ne sait pas encore lire les images (savoir le contenu de l’image et décerner que tel visage est celui de telle personne par exemple).

Pour donner du contenu à nos amis les moteurs, il va falloir optimiser deux choses :

  • Le nom de l’image
  • Le contenu de la balise alternative
  • Ajouter l’image au sitemap image

En effet, il faut donner un nom qui correspond à l’image et ne pas garder les noms donnés automatiquement par vos appareils photos. Privilégiez un titre comme restaurant-viandard.jpeg plutôt que 21545-PN-P-1451.jpeg pour décrire une photo sur laquelle on voit un restaurant qui s’appelle « viandard ».

Pensez aussi à optimiser le contenu de la balise alternative qui sert à donner du contenu textuel à votre visiteur si jamais son navigateur n’arrive pas à afficher correctement l’image. Vous pouvez y insérez un peu plus de mots que dans le titre de l’image. Cela va compléter le titre.

Dans un dernier temps, pour optimiser l’indexation de vos images, pensez à l’indiquer dans le sitemap image si vous avez un. Dans le cas contraire, essayez d’en créer un.

Pour les vidéos :

En ce qui concerne les vidéos il y a deux possibilités :

  • Vous insérez une vidéo via un hébergeur (Youtube, Dailymotion…) via un iframe
  • Vous hébergez vos vidéos sur votre serveur

Dans le premier cas, il faut référencer correctement vos vidéos sur l’hébergeur en question en donnant un titre adapté, une description bien fournie, une playlist et un tag adapté (pour Youtube)

Et dans le deuxième cas, il y a un peu plus de travail !

Il va falloir s’assurer de faire 3 tâches :

  • Optimiser le titre
  • Optimiser la description et les tags
  • Déclarer sur le sitemap video

Comme pour les images, les vidéos ont un peu le même fonctionnement. On commence par optimiser le titre de la vidéo. On donne un texte descriptif de la vidéo, que l’on peut généralement insérer dans les outils de création de vidéo. Une fois que c’est fait, on ajoute la vidéo à un sitemap vidéo. C’est comme pour les images.

A une différence près : il faut indiquer des « tags » ou simplement des mots clés qui vont catégoriser la vidéo. C’est un peu comme la méta keyword d’une page si on veut.

Erreur 4 : Ne pas utiliser les ancres de texte adaptés pour les liens internes

Une ancre rouillé pour symboliser les mauvaises ancres de texte

Une personne qui publie un site et qui n’a pas trop d’expérience en SEO ne va pas savoir à quel point il est important de faire des liens entre chaque page de son site. Et si jamais il le fait, est ce qu’il le fait bien ?

Voici les différentes utilités de travailler les liens internes de votre site :

  • Permettre la navigation sur votre site
  • Donner un accès aux pages profondes de votre site, ce qui augmente le crawl des robots
  • Définir l’architecture de votre site ainsi que les pages les plus importantes aux moteurs
  • Distribuer ce qu’on appelle le « jus de lien » ou simplement l’autorité sur votre site
  • Lier une page à une autre par l’ancre de texte

Attention parce qu’optimiser ce que l’on appelle le maillage interne de son site, n’est pas une mince affaire. C’est plus un long travail qu’une tâche compliquée.

En effet, Il faut penser à relier les pages correctement les unes entre les autres. Si vous avez un site qui traite de plusieurs sujets, il ne sera pas utile de lier ces sujets qui diffèrent entre eux dans un simple souci de cohérence, le but étant de lier des sujets entre eux.

Si vous parlez de voiture dans votre article de blog et qu’il est nécessaire de parler un peu de mécanique (mais pas trop pour ne pas perdre l’internaute); il peut être utile de lier l’article sur les voitures à votre article écrit il y a une semaine sur la mécanique du même sujet.

SI tous vos articles sont liés les uns aux autres et qu’il est possible de se balader sur chacun de vos articles grâce aux liens dans votre contenu, vous aller grandement distribuer la popularité de votre site. Vous pourrez ainsi faire remonter l’ensemble vers le haut des résultats de recherche. Gardez seulement en tête que les liens doivent être logiques !

Mais l’erreur dont traite cet article n’est pas dans les liens entre chacun des sujets mais bien sur ce qu’on appelle « l’ancre ». C’est le texte visible d’un lien qui supporte l’URL vers lequel ce dernier redirige. Ce texte est TRES important dans le SEO. Si vous optimisez tous vos liens vers une seule page avec la même ancre, vous allez subir les foudres du filtre Google Penguin, qui est là pour lutter contre la sur-optimisation et la manipulation de l’algorithme qui concerne les liens.

Comment optimiser correctement les ancres ?

Selon moi, l’optimisation des ancres doit se faire « naturellement ». Alors oui, dit comme ça, l’affaire parait être simple. En soit, elle n’est  vraiment pas si compliquée.

Voici la liste de conseils pour optimiser vos ancres :

  • Diversifier vos ancres
  • Ne pas hésiter à donner des variations de votre ancre principale, en donnant des synonymes par exemple.
  • Ne pas suroptimiser ses ancres, rester naturel. Éviter les « voyage pas cher Europe » dans une phrase, ce n’est pas naturel
  • Viser le nom de domaine ou le nom de l’entreprise
  • Mettre des ancres non optimisées volontairement pour donner un côté naturel. Par exemple : « cliquer ici »

Pour finir, il faut lier les pages de votre site de manière intelligente et ne pas hésiter à « plomber » certaines de vos ancres pour rester dans le naturel, tout en restant cohérent dans votre contenu.

Erreur 5 : S’attendre à ce que vos efforts en SEO soient immédiats

fusée pour un résultat immédiat

En référencement, la patience est votre meilleur ami.

En effet, les moteurs de recherche ont un critère qui joue pas mal dans les résultats de recherche : le temps de vie de votre nom de domaine. Plus il est âgé, plus il sera influent.

Lorsque vous créez un nouveau site, il est assez compliqué de venir à se placer le premier mois dans les premiers résultats de recherche. En général, il faut plutôt attendre une petite période comme trois mois. SI vous avez un site de niche, il faut attendre jusqu’à 6 mois certaines fois pour avoir des résultats plus qu’intéressants.

Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas arriver dans des résultats intéressants avec un site tout neuf mais c’est juste beaucoup plus compliqué.

Ce que je vous recommande pour gagner en rapidité

Pour venir à chatouiller les premiers résultats sur une bonne quantité de requêtes et finir par attirer du trafic, voici ce que je peux vous conseiller de faire :

  • Acheter un nom de domaine expiré pour créer votre site. Attentions à son historique, il faut vérifier pour ne pas avoir de mauvaises surprises !
  • Cibler des mots clés à longue traine. Ce sont des requêtes bien précises, plus ciblées qui touchent moins de trafic. Ces requêtes ont moins de concurrence et il est facile de récupérer le trafic
  • Créer du contenu pour avoir un bagage de contenu disponible et donner une certaine « expérience de vie » à votre site. Publiez à heure fixe si possible pour fidéliser les lecteurs.
  • Pour générer vos premiers visiteurs, si vous êtes sûr de votre produit et de votre site, vous pouvez les attirer avec de la publicité grâce à Google Adwords, Facebook ads, linked’in …

En respectant ces conseils, vous pourrez arriver à « hacker » vos résultats et avoir plus rapidement du trafic sur votre site. Vous pourrez alors lancer votre business plus rapidement.

Mais dans tous les cas, comme je l’ai dit plus tôt : la patience est votre meilleur ami.

Conclusion

Réglez ces problèmes sur votre site et les résultats vont vite se faire sentir.

Le SEO est une question d’habitude et il n’est pas possible de tout deviner. Avec le temps on se rend compte que ce n’est qu’une question de logique. Respectez votre lecteur, donnez-lui ce qu’il veut et Google vous le rendra bien.

Retenez donc bien deux choses : soyez naturel et patient !

Je crois que je le dis dans beaucoup de mes articles mais il est quand même important de le rappeler.

À bientôt pour un prochain article.

Share This