Si vous suivez un peu mes articles, vous savez que j’aime beaucoup donner des techniques et des astuces complètes pour vous aider à avoir une stratégie efficace.

Le référencement n’est plus le même qu’auparavant. Il ne suffit plus de faire des liens en masse et de bourrer son article de mot clé pour que Google la place en première position.

Maintenant, il faut être beaucoup plus fin et tourné vers le lecteur, sans oublier quelques clins d’œil à nos amis les moteurs de recherche.

Les marketeurs préfèrent obtenir du trafic qui provient des moteurs de recherche plutôt qu’une personne qui tombe par hasard sur le site. Pourquoi ? Simplement parce il y a 14,6 % de chance de convertir les gens issus des moteurs de recherche alors qu’il y a 1,7% pour ceux qui découvrent par hasard. C’est 8,5 fois plus en provenance des moteurs de recherche.

De nos jours, le SEO est une des meilleures sources de trafic. Il ne faut surtout pas la négliger.

Rendre votre site performant

La vitesse de chargement de votre site est cruciale.

Auparavant, il était acceptable d’avoir une page qui charge en 5 minutes … Quand on avait l’ADSL 56kb sec, forcément, on savait qu’il fallait être patient.

Maintenant ce n’est plus la même chose, on a la fibre optique qui peut atteindre jusqu’à 1 gb par seconde. Votre page doit atteindre le chargement quasiment immédiat.

C’est plus facile à dire qu’à faire, je sais bien. Surtout qu’on ne connait pas grand-chose à la technique.

Rendez-vous sur GTmetrix.com pour tester votre vitesse de chargement :

Page d'accueil de GTmetrix pour tester la rapidité de son site

Selon coppybloger, 1 simple seconde de chargement supplémentaire peut engendrer 7 % de perte en conversion, 11% de page vues en moins et votre satisfaction client baisse de 16 %. Ça fait mal, pour une simple seconde en plus.

Juste pour remuer un peu plus le couteau dans la plaie, si vous faîtes 10 000€ au mois, vous perdez à peu près 8400€ à l’année.

Mais au final, quel temps de chargement est idéal ?

C’est celui qui fera garder le maximum de visiteur sur votre site. Plus il est bas, mieux c’est. Il ‘est donc difficile de répondre concrètement à cette question mais je peux vous donner quelques chiffres supplémentaires selon Kissmetrics :

  • 47 % de vos visiteurs s’attendent à ce que votre page charge en 2 secondes ou moins
  • 40 % des gens quittent votre page au-delà des 3 secondes de chargement

En 2010, Google a fait de la vitesse son cheval de bataille. En effet, c’est devenu un gros critère de positionnement dans les résultats de recherche. Vous ne pourrez plus arriver en top 10 avec un site qui est trop long au chargement. Vouloir se placer dans le top avec un site lent, c’est pédaler dans la semoule, c’est inutile.

Je ne peux que vous conseiller de rendre votre site le plus sobre possible. Ne mettez pas de choses inutiles, compressez vos images, limitez l’utilisation des scripts javascripts, mettez un système de cache, minifiez votre code, compressez votre code et votre temps de chargement devrait se voir augmenter.

Voici un article complet sur comment augmenter le temps de chargement de son site, cela vous expliquera comment procéder.

Mentionner ses mots-clés pour les images

Les images sont importantes dans le référencement. Lorsque les gens cherchent des images, ils utilisent des mots clés. Pas des chiffres ou des appellations bizarres.

De plus Google ne sait pas interpréter une image comme nous, nous le ferions, un robot de Google n’a pas d’œil. C’est pour cette raison que nous souhaitons l’aider et lui montrer de quoi parle l’image.

Si vous nommez une images « DCIM-40254.jpeg », personnellement je ne saurai pas de quoi elle parle et pour Google c’est la même chose.

Il y a deux éléments pour avoir une image optimisée pour le SEO :

  • Le titre de votre image
  • L’attribut « alt »

Ces deux éléments permettent aux visiteurs et à Google de mieux comprendre le sujet de l’image et le message que vous souhaitez faire passer.

Profitez pour décrire une image toute simple avec son nom.

Si vous avez un avion sur une image, ne l’appelez pas n’importe comment et mettez par exemple : « airbus-a-320.jpeg »

Pour l’attribut alternatif, ne le bourrez pas de mots clés, ce n’est pas utile du tout. Google ne va pas aimer cette suroptimisation. Soyez descriptif comme pour cette image :

l'image d'un tigre pour expliquer comment utiliser l'attribut alt

Attribut alt correct : <img src= « tigre.jpeg » alt= « tigre »>

Bon attribut alt : <img src= « tigre.jpeg » alt= « tigre du Bengale »>

Attribut alt parfait : <img src= « tigre.jpeg » alt= « tigre du Bengale dans l’eau »>

En plus d’être nécessaire aux moteurs, l’attribut alt est utile aux internautes qui n’arrivent pas à afficher l’image correctement. C’est une question d’accessibilité, comme pour les malvoyants qui utilise un logiciel de diction.

Mettre Google Analytics en place dès le début

Une des premières étapes cruciales lors de la mise en place d’un nouveau site est de mettre en place un système de suivi des visiteurs pour se faire une idée du nombre de visite.

C’est la base du webmarketing : l’analyse de trafic. Où vont les visiteurs ? Où est-ce qu’ils cliquent ? Quelle page préfèrent-ils ? D’où proviennent-ils ?  Comment sont-ils venus sur mon site ?

Les questions de ce genre peuvent continuer un bon moment mais les principales sont là.

Cela vous permet d’analyser et de mieux comprendre vos lecteurs pour mettre des actions concrètes en place qui vous rapporteront plus.

La mise en place est très simple. Il vous suffit de posséder un site et une adresse mail.

Rendez-vous sur Google Analytics pour commencer :

Page de statistiques de google analytics

Il vous suffira de prendre un code et de le coller dans vos pages.

Écrire pour les hommes d’abord, les moteurs de recherche en second temps.

Auparavant, on se focalisait sur un mot clé précis sur lequel on souhaitait voir sa page arriver tout en haut. On écrit du contenu avec beaucoup de fois le mot clé cible et hop, on arrivait plus facilement dans le top. Une petite campagne de lien de faible qualité mais en quantité et cela nous permettait d’arriver tout en haut.

Si vous fonctionnez encore comme ça, STOP ! On ne devrait même plus voir vos pages dans les résultats de recherche. Si ce n’est pas le cas vous avez de la chance. Il est encore temps d’agir.

A notre époque, le SEO a bien changé. On écrit pour les visiteurs et plus pour les moteurs. Il vaut mieux plaire à un lecteur qu’a un robot fait de lignes de code n’est-ce pas ?

Les robots n’ont pas de carte bancaire, ce ne sont pas eux qui remplissent la marmite.

Pour répondre à ce critère, je vous invite à écrire du contenu qui est facile à lire et qui va plaire aux gens. Il ne faut certainement pas mettre trop de fois votre mot clé. Une densité de 1 % est pas mal du tout, ce qui représente 1 mot clé présent tous les 100 mots.

Aérez votre texte, mettez des images pour adoucir la vue d’un pavé.

Pour finir : répondez vraiment à une problématique en donnant des solutions ou des bénéfices suite à la lecture du contenu.

Écrire des metas description pertinentes

Dans la sphère SEO, on donne énormément d’importance à ces balises meta description et pourtant sachez qu’elles n’ont aucun effet sur votre position dans les résultats de recherche.

Alors pourquoi autant d’engouement autour de cette balise ?

Elle permet d’influencer votre futur lecteur à cliquer sur votre page, tout simplement. Une première position pour un mot clé ne vous assure pas le clic à tous les coups.

Voici par exemple une meta description efficace :

Un snippet efficace et très bien optimisé SEO

C’est pour cela que les référenceurs ne veulent pas louper des clics et vont tout faire pour optimiser le plus possible cette description. Pour cela, je vous conseille d’aller sur un article que j’ai écrit sur comment rédiger une meta description qui attire les clics.

Avec des bonnes meta, vous allez attirer plus de trafic.

Lier ses pages les unes avec les autres

Le fait de lier ses pages les unes avec les autres est ce qu’on appelle le maillage interne. Il est trop souvent délaissé par les webmasters et donc très peu optimisé. Ce qui est dommage vu son potentiel.

En effet ce maillage interne va donner une meilleure expérience à votre utilisateur puisque celui-ci va pouvoir améliorer ses connaissances sur un sujet et creuser plus profondément.

Je m’explique : si vous parlez d’un sujet particulier comme un modèle de voiture en particulier, il ne faudra pas s’étendre sur d’autres sujet que la voiture. SI vous souhaitez aborder la mécanique, il peut être intéressant de faire un lien vers un autre de vos articles pour compléter le savoir du lecteur.

Une architecture de site pour montrer le maillage interne

En agissant ainsi, vous donnez l’opportunité au lecteur de passer sur l’ensemble de votre site juste en lisant des articles. C’est excellent pour la conversion.

En plus de cela, vous allez faire profiter de la popularité d’une page à une autre. On dit que vous transmettez le « jus de lien ». Vous pouvez simplement faire remonter une page qui ne se référence pas bien juste grâce à des liens.

Cependant veillez à ne pas faire des liens vers des pages qui n’ont aucun rapport. Google ne le prendrait pas bien, votre lecteur aussi.

Faire en sorte d’avoir des liens depuis des sites influents

Après les liens qui permettent de joindre vos pages les unes entre les autres, il faut qu’on parle des liens qui proviennent de site extérieur au votre.

Les liens extérieurs sont une preuve de votre popularité pour Google. Plus vous êtes populaire, mieux c’est ! Oui mais voilà, ce n’est pas aussi simple que ça.

Un lien, ça fonctionne un peu comme un vote, sauf que Google donne un coefficient à chaque vote. On pourrait même parler de coefficient négatif selon le lien.

Les liens fait depuis un autre site vers le vôtre doivent être de qualité, donc un vote avec un bon coefficient. Il y a quatre choses à prendre en compte pour qu’un lien soit de qualité :

  • La popularité du site qui fait un lien vers le vôtre. Si le gouvernement français fait un lien vers votre site, ça n’a pas la même valeur que le site du charpentier du coin.
  • La thématique de ce site. Ne faites pas faire des liens depuis un site religieux si vous parlez de « death metal » … C’est logique mais restez dans votre thématique. Cherchez plutôt des liens depuis des producteurs ou des sites de fan.
  • Le placement de ce lien. Idéalement, il doit se trouver dans le contenu de votre article.
  • Le nombre de liens dans la même page. Moins il y a de liens dans cette page, mieux c’est.

Ce sont grossièrement les quatre principaux points à prendre en compte pour avoir un lien de qualité.

Les référenceurs vous le diront tous : c’est grâce aux backlinks que vous allez réussir à dépasser votre concurrence. Selon une étude de Brian Dean plus il y a de sites qui créent des liens vers le vôtre, plus vous avez de chance de passer dans le top 3 :

Etude de Brian dean sur les domaines réffrents d'un backlink et leur effet sur le référencement

Pour commencer à créer des liens depuis des sites influents dans votre thématique, je vous invite dans un premier temps à faire un listing de ces sites sur un document Excel.

Voici deux conseils pour commencer à créer des liens :

Mon premier conseil va être de vous inciter à contacter des sites dans votre thématique. Si vous pouvez les aider à donner une meilleure expérience à leurs visiteurs, il y a de fortes chances qu’ils créent des liens vers vous.

Pour les aider à donner une meilleure expérience à leur utilisateur il n’y aura qu’une seule chose à leur proposer : un contenu de qualité et original.

C’est la seule façon qu’ils viennent à faire des liens vers vous.

Mon deuxième conseil va être de demander à des blogs dans votre thématique d’écrire un article pour eux. Vous allez être « guest blogueur », blogueur invité en français.

Il faut donc écrire un article dans lequel vous allez glisser un lien vers un article de votre site.

La plupart du temps, les gens font des liens dans la signature de l’article, là où ils expliquent qui ils sont.  Il faut éviter de faire cela, ça a beaucoup moins de valeur.

Écrire des articles fréquemment

Le meilleur conseil pour la fin et pas des moindres : écrire fréquemment.

Google est friand de nouveau contenu tout frais. En effet, un site qui se laisse aller et qui ne poste rien comme contenu ne donnera pas envie.

Il va falloir montrer à vos lecteurs qu’il y a de la vie derrière ce site web et la meilleure des façons est de poster régulièrement des articles.

Vous pouvez aussi mettre à jour régulièrement votre page d’accueil, ce que Google va beaucoup apprécier (vos lecteurs également).

En plus de plaire, vous allez multiplier les articles et donc les points d’attraction via le SEO. En effet, plus vous avez d’article qui répond à des problématiques, donne des conseils ou des bénéfices, plus vous avez de chance de générer du trafic.

Qui aura le plus de trafic entre un site avec 500 articles et un site qui n’a pas de blog ?

Il n’y a pas photo, c’est celui qui a 500 articles.

On appelle cela le marketing de contenu.

Vous n’êtes pas convaincu ? allez lire mon article pour savoir s’il vous faut un blog ou pas.

Conclusion

Le SEO n’est pas une mince affaire quand on a aucune idée de comment il fonctionne. Avoir un blog et ne pas connaitre les techniques de SEO est une erreur.

Vous n’avez pas encore appliqué tous ces conseils ? Pas de panique, ça arrive et il est encore temps d’agir.

Avec ces 8 conseils élémentaires à tout blogueurs ou bien webmasters, vous allez pouvoir commencer à générer un peu plus de visiteurs et donc à augmenter votre chiffre d’affaire.

Chacun de ces conseils à son importance dans le référencement et ne doit pas être mis de côté. Un de ces 8 piliers et votre stratégie devient bancale telle une chaise donc un pied est trop court.

Le SEO est une histoire de patience, alors pas de panique si les résultats ne sont pas immédiats, c’est normal.

J’espère que cet article vous plaira.

A bientôt pour le suivant.

Share This